Belgique

Un automobiliste sur 3 a déjà dû s'arrêter sur la bande d'arrêt d'urgence le long de l'autoroute; dans un cas sur 10, c'était pour des raisons injustifiées, ressort-il d'une enquête menée par l'institut Vias (ex-IBSR). Environ 80% d'entre eux ont déclaré ne pas s'y être sentis en sécurité. Moins de la moitié des personnes arrêtées ont respecté les règles de sécurité, à savoir le placement du triangle de danger et le port d'un gilet fluo, révèle aussi le sondage. Selon cette enquête, près de 7 personnes arrêtées sur la bande d'arrêt d'urgence sur 10 étaient en panne (69%) et une sur 10 avait eu un accident (10%). Cependant, 1 personne sur 10 s'est arrêtée pour une raison totalement injustifiée (besoin sanitaire, réglage du système de navigation, appel téléphonique). Ce qui est interdit -il s'agit d'une infraction du 2e degré, passible d'une amende de 116 euros- et dangereux, rappelle Vias.

En outre, seuls 49% des sondés disent avoir utilisé le triangle de danger (et seules 4 sur 10 savent à quelle distance le placer, soit à 100 mètres du véhicule) et 48% avoir enfilé leur gilet fluo. Plus de la moitié d'entre eux (53%) sont par ailleurs restés sur la bande d'arrêt d'urgence au lieu de prendre place derrière la glissière de sécurité.

Pire encore, 1 personne interrogée sur 10 a déjà roulé sur la bande d'arrêt d'urgence au cours des 5 dernières années, 40% l'ont emprunté pour prendre la sortie suivante et 10%... pour dépasser les files! Ce qui est formellement interdit.