Belgique

La pénurie d'enseignants reste bel et bien d'actualité dans les écoles, comme en atteste le rapport rédigé par la Commission interzonale de la Communauté française pour l'année scolaire 2004-2005 (1): des données qui concernent le seul réseau de la Communauté française, mais qu'on ne voit aucune raison de ne pas extrapoler à l'ensemble des classes. Un état des lieux important, à l'heure où les discussions entre syndicats et représentants du cabinet Arena concernant la négociation sectorielle doivent entrer dans le vif du sujet (2).

Résumons le rapport en quatre grandes constatations.

1 Aucun établissement n'est épargné. L'intensité du problème varie néanmoins, entre les zones les moins touchées du Brabant wallon et de Huy-Waremme, et les plus critiques de Bruxelles et Luxembourg.

2 La quasi-totalité des fonctions sont concernées avec, toutefois, des difficultés plus sérieuses au niveau des cours généraux au degré inférieur (sciences, maths et langues germaniques en particulier) ainsi qu'au degré supérieur (surtout les sciences-éco, biologie-chimie, physique et langues germaniques), au niveau des langues anciennes, de la morale (dans le fondamental et le secondaire inférieur) et les cours techniques et de pratique professionnelle.

Seules deux fonctions échappent à la règle: l'institutrice maternelle et le maître d'éducation physique dans le primaire.

3 La proportion de membres du personnel non porteurs du titre requis est de l'ordre de 10 pc environ sur les 23500 enseignants du réseau. Ceux qu'on appelle les «articles 20» sont particulièrement nombreux dans les cours techniques et de pratique professionnelle, mais aussi dans les cours généraux, au degré inférieur comme au degré supérieur.

4 Enfin, renseignements pris auprès de plusieurs Hautes écoles, il resort que le nombre d'élèves en classes terminales est trop peu élevé pour permettre une amélioration dans un avenir proche. C'est d'autant plus préoccupant que, pour le seul enseignement secondaire de la Communauté française, près de 6000 membres du personnel ont entre 50 et 60 ans!

(1) Cette évaluation fait partie des missions de la Commission définies dans le décret «pénurie» du 12 mai 2004.

(2) Les négociateurs se retrouvent, ce jeudi, par groupes de travail. Rappelons que des réunions sont prévues un jeudi sur deux.

Objectif: conclure la convention sectorielle 2006-2007 (portant sur des sujets aussi fondamentaux que le salaire des enseignants, les conditions d'encadrement, etc).

© La Libre Belgique 2006