Belgique

Lundi soir, l'édition de TEDxBrussels fut le théâtre d'un grand cafouillage et de moults débordements suite au passage sur scène de l'artiste Deborah De Robertis, pourtant invitée par les organisateurs de l'événement. Luxembourgeoise âgée de 34 ans, cette vidéaste et performeuse est connue pour ses positions féministes anti-censure et plusieurs sorties remarquées dans des différents musées ou autres expos.

Deborah De Robertis utilise l'image, la nudité et dévoile son corps dans le but notamment de "renverser les rapports de force entre le pouvoir des institutions et les artistes femmes". Son fait d'armes le plus notable date de 2014, au musée d’Orsay à Paris, où elle s'était assise nue et jambes écartées au pied de L’Origine du monde, de Courbet. On se souvient également de sa visite de 2016 aux Musées royaux des Beaux-Arts bruxellois cette fois, à l’invitation d'un autre "confrère" sulfureux, Andres Serrano, qui exposait lors de l'événement "Uncensored photographs".

Cette semaine, TEDxBrussels, qui conjugue à l'américaine le design, le divertissement, la culture et la technologie sous le titre "Brave new world" cette année, conviait donc officiellement Deborah De Robertis en les murs du BOZAR. Et l'on y abordait entre autres le thème de la disruption. L'artiste a dans un premier temps projeté derrière elle un cliché d'une performance précédente où elle dévoilait son sexe. Elle a à peine pu esquisser un geste avant d'être interrompue avec véhémence et littéralement traînée loin des regards par un individu surgi de nulle part. Individu qui ferait partie de l'équipe organisatrice, pas très encline à laisser Deborah De Robertis délivrer son message finalement.

La police est intervenue sur place pour séparer les parties, et ledit organisateur s'est vu dans la foulée retirer sa licence (que l'on sait durement gagnée/achetée).