La photo qui énerve Bart De Wever

Pierre Gilissen Publié le - Mis à jour le

Belgique

Probablement pas un hasard : c'est au moment où la N-VA est partie prenante des négociations pour la formation du prochain gouvernement, que commence à circuler sur le Net une photo montrant son président, Bart De Wever, en compagnie du leader d'extrême-droite français, Jean-Marie Le Pen.

Photomontage ou photo tout court ? Le document est bien authentique et date de 1996 mais le président du parti indépendantiste flamand dément toute sympathie à l'égard de Le Pen. "J'avais juste fini mes études et je pensais que c'était une occasion unique de pouvoir entendre Le Pen, qui était à l'époque un personnage de poids dans la politique française. Je suis un légaliste, avec des convictions démocratiques, mais j'ai une conception anglo-saxonne de la liberté d'expression : dans une démocratie, tout le monde doit être libre d'exprimer son opinion, même si c'est une opinion que je déteste. Et je préfère toujours avoir une information de première main que de manière filtrée."

Avant de se répandre sur le Net, la photo avait déjà été diffusée il y a deux ans sur le site web de Filip Dewinter (Vlaams Belang), une raison jugée suffisante, selon Bart De Wever pour que les journaux flamands s'abstiennent de la publier :

"Pour moi, l'existence de cette photo était plutôt une mauvaise surprise. Le photographe a déclenché au moment où Le Pen quittait la salle et je me trouvais à l'arrière-plan à ce moment-là. Par la suite, quelqu'un du Vlaams Belang a dû me reconnaître, malgré mes 20 kilos de moins, et a tout fait pour la faire publier dans les journaux flamands, en pensant que ce serait gênant pour moi."

Bart De Wever se souvient avoir posé deux ou trois questions au patron du FN : "Pour le reste, c'était vraiment un débat inintéressant. J'ai trouvé que Le Pen était juste un frimeur et un poujadiste, qui n'avait de réponse à rien."

Quant au Vlaams-Nationale Debatclub, est-ce un club de débats ordinaire ou plutôt un cercle proche de l'extrême-droite ? Tout dépend du point de vue. Pour Résistances, initiative citoyenne qui combat l'extrême-droite, c'est un "club fortement influencé par l'extrême-droite, en particulier par le Vlaams Belang". Mais on a pu aussi y voir des personnalités d'horizons divers, notamment l'un ou l'autre éditorialiste flamand. Il faut rappeler à cet égard qu'en matière de débats, les Flamands, contrairement aux francophones, ne respectent pas de cordon médiatique et que des hommes politiques d'extrême-droite sont régulièrement invités à débattre, y compris dans les studios de la VRT.

Le compagnon en cartel d'Yves Leterme est-il conscient de l'impact désastreux que ce type d'image peut avoir au sud du pays ? "Honnêtement, si cela choque quelqu'un, je m'en fiche éperdument, je suis un homme libre. J'ai aussi depuis un an une chronique bimensuelle dans un quotidien de gauche, le "Morgen". Et cette photo prouve juste qu'un jour je me suis retrouvé dans la même pièce que Jean-Marie Le Pen. Et après ?"

© La Libre Belgique 2007
Publicité clickBoxBanner