Belgique

Le propriétaire et l’exploitant d’une maison de débauche de Gembloux ont été condamnés, mercredi, par le tribunal correctionnel de Liège a respectivement dix-huit mois de prison avec sursis et 13 750 euros d’amende et à un an avec sursis et à 6 875 euros d’amende pour des faits liés à de la prostitution organisée dans deux bars. Pour se défendre, ils avaient cité le SPF Justice et la Ville de Gembloux en insinuant que, par le biais de taxes perçues, ces deux instances facilitaient les activités illégales. Mais ces plaintes ont été jugées irrecevables.

L’ex-mari d’une "employée" du duo avait déposé plainte à Liège, ce qui a amené la justice à s’intéresser aux prévenus. Lesquels furent poursuivis pour des préventions liées à la tenue de maisons de débauche et à l’exploitation de la prostitution d’autrui. Ils ont, en vain, soutenu que l’exploitation des bars avait été soumise à des autorisations et réglementations communales et qu’elle était taxée et tolérée. Le débat portait donc sur le décalage éventuel existant entre les activités tolérées par la Ville, contrôlées par des services dépendant du SPF Justice et réprimées par le parquet. Il ne s’est pas conclu à leur avantage. (D’après Belga)