Belgique

Le centre "La Porte d'Ulysse" accueillera à nouveau 300 personnes ayant besoin d'un lit pour la nuit, à partir de mercredi soir, a indiqué mardi soir Mehdi Kassou, porte-parole de l'association bruxelloise Plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés. 

Mardi soir, les réparations effectuées dans le centre, notamment aux fenêtres brisées dimanche, étaient encore trop "fraîches" pour permettre la reprise de l'hébergement. 

Ce sont uniquement ces "raisons techniques" qui l'ont repoussée à mercredi, car la situation au Parc Maximilien était revenue au calme mardi, selon l'équipe de la Plateforme présente sur place en soirée. Lundi après-midi, la Plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés avait annoncé suspendre temporairement son action d'organisation de l'hébergement, "pour une durée de 24 à 48h", à la suite d'incidents survenus dimanche soir. Ce soir-là, des individus avaient vandalisé le centre d'hébergement de la Plateforme à Haren, la "Porte d'Ulysse", tentant d'y forcer leur entrée alors que tous les lits étaient déjà occupés. Mais les tensions étaient déjà présentes depuis plusieurs semaines, au Parc Maximilien, où les distributions de nourriture et le transport vers les hébergements citoyens s'organisent habituellement chaque soir. La Plateforme évoquait "des dizaines (ou plus) de personnes" qui se sont présentées au Parc "afin d'y trouver l'aide qu'ils ne trouvent nulle-part ailleurs", et renvoyait à une "saturation totale et absolue de tous les dispositifs d'accueil".

"La décision a été très bien accueillie", entre autres parmi les migrants et autres qui se rassemblent habituellement au Parc, explique Mehdi Kassou mardi. "Ce soir, cela se passe très bien, et aujourd'hui c'était même très, très, émouvant, de nombreuses personnes du parc sont venues vers nous, proposant leur aide pour gérer les problèmes, etc". Dans un élan de réaction, les relais avec les familles accueillant des migrants se sont même activés de manière exceptionnelle, et le nombre de personnes hébergées chez des particuliers dans la nuit de lundi à mardi a environ doublé par rapport à la moyenne, précise-t-il.