Belgique

Les autorités belges sont parvenues ce dimanche, grâce à une longue série de perquisitions, à déjouer des attentats qui visaient Bruxelles, indiquent De Tijd et l'Echo, en citant des sources bien informées.

Bien que le niveau d'alerte maximal reste actuellement d'application dans la capitale, les autorités ont reçu plusieurs indications, durant leur enquête, selon lesquelles le réseau terroriste visé avait été déstabilisé. L'enquête judiciaire est encore en cours mais elle vise désormais à identifier un maximum de membres du réseau. Le "noyau dur", selon l'Echo, qui précise que le but était "de mettre la capitale de l'Europe à feu et à sang".

Les attentats déjoués visaient plusieurs endroits de Bruxelles, selon le même schéma qu'à Paris. Si un seul suspect a été inculpé au final, tout le réseau de soutien des terroristes, en ce compris les sympathisants, les repaires, l'argent, etc., a été sapé par les forces de l'ordre, affirment encore les quotidiens.

Suite au placement sous mandat d'arrêt ce lundi d'un nouvel individu (pour participation aux activités d'un groupe terroriste et d'assassinats terroristes), le nombre de personnes placées en détention préventive est désormais de cinq en Belgique.

Selon le ministre de l'Intérieur Jan Jambon (N-VA), seul le parquet fédéral est habilité à communiquer sur cette affaire. Il a cependant expliqué qu'il y avait "ce soir-là une menace concrète", qui justifiait le niveau 4 de menace terroriste. "Il y a eu de nombreuses actions policières sur le terrain et il ne s'est rien passé ce soir-là à Bruxelles. Je n'en dirai pas plus."