Belgique

LA POLICE FÉDÉRALE A CONTESTÉ mercredi un rapport du Comité P, qui déplore l'absence d'un plan de prévention en matière de harcèlement au sein de l'institution. La police fédérale dispose bien d'un plan de prévention structuré, a souligné sa porte-parole, Els Cleemput. Selon elle, le nombre de cas de violence (sexuelle) et de harcèlement sur le lieu de travail est resté stable de 2003 (78 cas) à 2004 (79 cas). Le Comité P (Comité permanent de contrôle des services de police) parle lui d'une augmentation de 37 pc des plaintes pour violence et harcèlement de 2003 à 2004. Depuis le début 2003, une directive générale est d'application à la police fédérale concernant le harcèlement et la violence (sexuelle) sur le lieu de travail. Le phénomène fait l'objet d'une analyse annuelle, a expliqué Mme Cleemput. De plus, la police fédérale participe à un groupe de travail interministériel chargé d'évaluer la loi de 2002 sur le harcèlement au travail, a-t-elle ajouté. «L'augmentation constatée par le Comité P s'explique vraisemblablement par les campagnes de sensibilisation qui sont menées au sein de la police depuis la réforme de 2001 et qui engendrent une dénonciation plus rapide des faits», a tenté d'expliquer la porte-parole. Pour le Comité P en revanche, la situation est «sérieuse». Il constate avec regret que la police ne dispose pas d'une véritable politique de prévention.

© La Libre Belgique 2006