Belgique

Malgré les mesures répressives et préventives, Infrabel n'a jamais enregistré autant de signalements d'individus à proximité des voies.

 

Selon un communiqué du gestionnaire de réseau Infrabel, 807 cas de "trespassing" (intrusion d'individus sur les voies) ont été répertoriés l'année dernière, soit 16% de plus qu'en 2016 (678 cas). La présence illicite de ces personnes a par conséquent provoqué en moyenne 6h de retard par jour. Parmi ce nombre important, on déplore sept décès et sept blessés graves.

© Infrabel

Le "trespassing" représente donc la première cause de retard externe. En effet, tout signalement d'une personne aux abords des voies occasionne le déclenchement automatique d'une alerte qui immobilise l'ensemble du trafic sur plusieurs kilomètres à la ronde.

Quel est le profil de ces personnes ?

La plupart des victimes sont des jeunes qui "banalisent le risque notamment en sous-estimant la vitesse d'un train, oubliant qu'un train peut en cacher un autre", précise Infrabel dans son communiqué. Il s'avère que les auteurs des faits sont majoritairement des hommes âgés de 18 à 34 ans. Ils sont également usagers du rail et résident à proximité des voies ou d'une gare.

Leur motivation principale : "gagner du temps" pour 46% d'entre-eux.

Les gares, premiers lieux de danger

53 lieux ont été recensés comme étant particulièrement dangereux. 29 d'entre eux sont situés dans les gares. Les contrevenants passent d'un quai à l'autre ou d'un parking vers les quais. 17 lieux dangereux se trouvent sur le réseau et 7 sont sur les passages à niveau.

La majorité des "hotspots" se trouvent en région de Bruxelles-Capitale (13) puis vient la Flandre (8) et le Hainaut (7).

Des mesures pour enrayer le problème mais inefficaces

Sur le plan répressif, des contrôles sont réalisés par les équipes de Securail et par la Police des Chemins de fer. Au niveau préventif, des panneaux d'interdiction et des clôtures ont été installés, renforcés par une surveillance par caméras et l'installation de matelas "anti-trespassing". Des mesures qui n'ont visiblement pas réussi à endiguer le phénomène.