La RTBF lâche une bombe

Pierre-François Lovens Publié le - Mis à jour le

Belgique

Les téléspectateurs branchés sur la une (RTBF) pensaient vivre une soirée tranquille, mercredi. Avec un menu somme toute classique : "Questions à la une", suivi d'un prolongement de l'émission à succès "Moi, Belgique".

Sur le coup de 20h20, on a bien eu droit au générique de "Questions à la une"... A 20h21, l'image se brouille. On se retrouve brutalement projeté dans le studio du Journal télévisé pour une "émission spéciale", avec un François De Brigode d'humeur grave. En prélude, une brève mention barre l'écran : "Ceci n'est peut-être pas une fiction". Dans un coin du même écran, les plus attentifs auront peut-être déjà flairé la supercherie en repérant le logo du magazine "Tout ça (ne nous rendra pas le Congo)".

Le présentateur du JT balance alors l'info justifiant cette interruption des programmes : "La Flandre a proclamé unilatéralement son indépendance". En direct du Palais royal, le journaliste Frédéric Gersdoff enchaîne : le roi Albert II aurait annoncé son impossibilité de régner. Voire quitté le pays. "La Belgique a cessé d'exister", annonce un de ses collègues depuis le Parlement flamand. Le séparatiste flamand Jean-Marie Dedecker fait des petits bonds. Le wallingant Jean-Marie Happart n'est pas en reste.

A l'écran, un numéro d'appel est incrusté. Il sera pris d'assaut durant plus d'une heure. A la rédaction de "La Libre", des dizaines de coups de téléphones de gens ébahis. Et forcément crédules. Un forum lancé sur notre site Internet est, lui aussi, pris d'assaut. Les réactions sont très majoritairement indignées. Les premiers communiqués de presse de personnalités politiques tombent, avec la même indignation.

Peu avant 21 heures, un bandeau apparaît en bas d'écran : "Ceci est une fiction". La rumeur parle d'une intervention du Palais; on nous assure plutôt que le Palais a été averti quelques minutes avant la diffusion de la nature du programme...

"Pas un canular"

Tout a été rondement mené. Et pour cause : l'opération, tenue secrète jusqu'à 20h21, était en préparation depuis plusieurs mois au sein de la RTBF. Sa réalisation est l'oeuvre de Philippe Dutilleul, habitué de reportages dans les magazines "Strip-Tease" et "Tout ça". "Ce n'est pas un canular mais un documentaire-fiction ayant pour but de susciter le débat", assurera-t-il plus tard lors d'un débat. Jean-Paul Philippot, patron de la RTBF, abondera dans le même sens : "Notre travail est de décoder, montrer, donner des clés pour se faire sa propre opinion. La démarche est journalistique". Au même moment, la ministre de l'Audiovisuel Fadila Laanan (PS) annonce la convocation de M.Philippot. La bombe ertébéenne pourrait encore faire des dégâts.

© La Libre Belgique 2006
Pierre-François Lovens

Facebook

Ailleurs sur le web

Les + consultés de la semaine

cover-ci

Cover-PM