La scission de BHV refait surface au Gordel

Belga Publié le - Mis à jour le

Belgique

A l'occasion de la traditionnelle ballade cyclo-pédestre et politico-sportive du "Gordel" autour de Bruxelles, les hommes politiques flamands présents n'ont pas manqué de remettre sur le tapis leur exigence de la scission de l'arrondissement électoral Bruxelles-Hal-Vilvorde.

Tant le ministre-président flamand Kris Peeters que le parlementaire flamand (et frère du premier ministre fédéral) Eric Van Rompuy se sont joints aux autres représentants politiques pour réclamer cette scission. Evoquant des propos tenus par son frère Herman, Eric Van Rompuy a affirmé que la discussion devrait inévitablement reprendre d'ici le mois de mars 2010 si la Belgique veut voir le dossier bouclé avant sa présidence européenne.

Pour le député flamand, l'absence de scission empêcherait l'organisation de toute élection dans la légalité et signifierait la fin de la Belgique. Pour ne laisser planer aucune équivoque, il portait un t-shirt signifiant que cette scission ne devait de toutes façons entraîner aucune concession flamande.

De son côté, le ministre flamand de la N-VA Geert Bourgeois prévenait qu'il allait tout faire pour que la discussion sur la proposition de loi flamande mettant en oeuvre la scission reprenne à la Chambre et appelait tous les partis flamands à soutenir cette attitude.

Pour lui aussi, pas question de concessions flamandes puisque, selon lui, il s'agit de la simple exécution de la constitution, qui a divisé la Belgique en régions linguistiques. Toujours selon lui, toute négociation est d'ailleurs inutile puisqu'on a discuté pendant des années sans obtenir de résultats. Et si le dossier BHV peut représenter une épine dans le pied de la Belgique dans l'optique de sa présidence européenne, c'est le problème du premier ministre Herman Van Rompuy, a encore jugé M. Bourgeois.

Alors que les représentants de la classe politique flamande s'exprimaient, les premiers clous -supposés francophones- ont fait leur apparition sur le parcours du Gordel, dans les environs de Crainhem. A Rhode-Saint-Genèse, un arbre est tombé sur le parcours mais cela n'avait rien à voir avec les "tracasseries" francophones redoutées par les participants.

Publicité clickBoxBanner