La scolarisation des enfants primo-arrivants améliorée dès la rentrée 2012

Belga Publié le - Mis à jour le

Belgique Les députés francophones ont approuvé à l'unanimité, mercredi en commission du parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, la réforme de l'accueil et de la scolarisation des enfants étrangers "primo-arrivants", qui améliore et assouplit le dispositif des classes-passerelles. Le décret de 2001 qui créait les classes-passerelles - ces dispositifs adaptés à la scolarisation des enfants étrangers débarquant dans une école francophone sans maîtriser suffisamment le français -, pour novateur qu'il était, ne collait plus à la réalité migratoire et de l'accueil. Pas moins de huit problèmes avaient été identifiés par le secteur.

Le dispositif qui le remplacera dès la rentrée 2012 ("DASPA", pour "dispositif d'accueil et de scolarisation des primo-arrivants") ne se limitera plus aux seuls mineurs d'âge demandeurs d'asile.

Il accueillera tout mineur primo-arrivant, en situation légale ou non en Belgique depuis moins d'un an, à partir du moment où il ne peut prouver sa réussite ou fréquentation scolaire antérieure.

Tout enfant en âge de scolarité doit en effet bénéficier d'un enseignement adapté à ses besoins, conformément aux conventions internationales et aux législations belges, a rappelé la ministre de l'Enseignement Marie-Dominique Simonet (cdH).

Les 65 projets existants seront pérennisés et 4 nouveaux verront le jour à Bruxelles. En Wallonie, outre les écoles proches d'un centre d'accueil, celles des villes de plus de 60.000 habitants (Charleroi, La Louvière, Liège, Namur, Mons, Seraing et Tournai) pourront désormais aussi créer leur DASPA.

Dans les petites écoles de village parfois confrontées à un afflux de réfugiés, l'accueil et la scolarisation pourront se faire en deux temps: d'abord dans le centre d'accueil, ensuite dans l'école. L'encadrement scolaire et la formation des enseignants seront aussi améliorés.

Publicité clickBoxBanner