Belgique La société de chemin de fer SNCB et le gestionnaire du réseau ferroviaire Infrabel n'ont pas souhaité faire de commentaires jeudi sur le coût d'un rapport du bureau de consultance A.D. Little pour améliorer la ponctualité des trains. D'après le Nieuwsblad de jeudi, ce montant s'élève à 1 million d'euros. "Le coût est subordonné à l'importance", affirme le porte-parole de la SNCB, Jochem Goovaerts. "Cette contribution a été très précieuse". "A.D. Little a été payé pour écrire des choses qui vont de soi", a déclaré Jos Digneffe (CGSP) dans le Nieuwsblad au sujet du rapport.

"Un appel a été fait à une société externe qui pouvait réaliser sa propre analyse, avec une nouvelle approche", explique Jochem Goovaerts.

Le porte-parole souligne que la SNCB a également collaboré avec SMA, une entreprise suisse spécialisée qui a déjà travaillé avec les chemins de fer suisses.

Le rapport était utile afin d'avoir une vue d'ensemble, estime aussi le porte-parole d'Infrabel, Frédéric Petit. "Mais nous n'avons pas attendu l'étude. Nous sommes en plein travail, comme par exemple le renouvellement des caténaires dans et autour de Bruxelles. Nous souhaitons voir des améliorations à court terme".

Le rapport du bureau de consultance est, selon Jos Digneffe, plein d'allusions au manque de collaboration entre Infrabel et la SNCB. "La communication peut et doit en effet être améliorée, comme le montre l'étude, mais quelle est la cause et la conséquence? ", réagit Jochem Goovaerts. "Un problème technique ne survient pas à cause d'une division entre la SNCB et Infrabel."