Belgique

Dix-sept contrats ou accords de collaboration ont été signés, mardi, en début de soirée, entre des entreprises belges et portugaises. L’événement s’est déroulé à Lisbonne en présence du roi Philippe, au deuxième jour de sa visite d’État au Portugal. Parmi les gros contrats, celui de la brasserie brugeoise De Halve Maan, qui réussit son entrée sur le marché lusitanien.

© DR

De Halve Maan, la marque à la demi-lune, a été primée en mai dernier au World Beer Challenge d’Estoril (à 20 kilomètres à l’ouest de Lisbonne). Trois de ses bières ont décroché une médaille d’or : la Straffe Hendrik triple, la Straffe Hendrik quadruple et la Brugse Zot blonde. Afin de répondre à la demande croissante de la Straffe Hendrik au Portugal, indique la brasserie, elle a conclu un contrat avec DCN Beers, un importateur local.

La Brugse Zot dans un second temps

Priorité donc à la Straffe Hendrik. Selon l'entreprise, la triple et la quadruple sont considérées comme des produits haut de gamme au Portugal, avec un fort potentiel de croissance. Mais elle annonce aussi que la Brugse Zot débarquera sur le marché portugais dans une seconde phase. Des événements de lancement étaient prévus mardi à Lisbonne et ce mercredi à Porto, les deux villes visitées par le Roi.

Le roi Philippe a largement consacré sa journée de mardi à la promotion des entreprises belges. Dans la matinée, il participait à une réunion de travail entre la FEB (Fédération des entreprises de Belgique) et son homologue portugaise (CIP). Au cours d’un discours prononcé à cette occasion, il a encouragé “l’intensification de [la] coopération” entre la Belgique et le Portugal, ce qui “ne fera qu’améliorer les perspectives sociales et économiques de nos pays”.

© BELGA

“Les nouvelles technologies s’imposent de plus en plus dans nos vies, a-t-il développé. Les infrastructures doivent être modernisées. Notre vision de la mobilité évolue rapidement. L’énergie devient plus verte de jour en jour. Nos entreprises ont développé des solutions avant-gardistes dans tous ces domaines. Elles peuvent apprendre les unes des autres et travailler ensemble.”

Soutien à l’entrepreneuriat social

“Dans le même temps, il est de notre devoir de nous assurer que nul ne soit laissé pour compte”, a-t-il poursuivi. Et de souligner les atouts de l’entrepreneuriat social, un secteur porteur d’emplois pour les personnes les plus fragilisées (personnes handicapées et précarisées, notamment).

“L’entrepreneuriat social est désormais pleinement intégré dans notre économie et je suis particulièrement heureux des liens noués entre les entrepreneurs sociaux de nos pays.” Parmi les contrats signés mardi, trois scellaient des collaborations entre des entreprises belges de ce type – Drops, For Good et Happy Bags – et des acteurs locaux.