Belgique

Dans l'imbroglio communautaire belgo-belge, on parle toujours beaucoup plus des francophones de Flandre que des néerlandophones de Wallonie. Et pourtant, ils sont de plus en plus nombreux à venir, de Flandre mais aussi des Pays-Bas, profiter de la campagne wallonne et de ses occasions à saisir sur le marché de l'immobilier.

Ainsi, fin 2004, Ren De Vree a troqué Waddinxveen, près de Gouda, pour les environs de Marche-en-Famenne. Journaliste désormais à la retraite, il a cherché un site web avec des informations en néerlandais sur la Wallonie et s'est rendu compte que cela n'existait pas. Il a dès lors décidé d'en créer un. Pas une tâche insurmontable pour lui : les dix dernières années, il avait déjà créé plusieurs sites aux Pays-Bas, dont celui de l'Association professionnelle néerlandaise des journalistes et celui du quotidien "Algemeen Dagblad".

Son "Waals Weekblad" (hebdo wallon) vient de franchir le cap du 70e numéro. Qui sont les lecteurs ? Selon Ren De Vree, environ 70 pc de Flamands, dont une quinzaine de journalistes. Le reste ? "Des Néerlandais mais aussi quelques écoles wallonnes où l'on pratique l'immersion linguistique."

Image positive

L'audience augmente de semaine en semaine mais reste encore modeste : 300 abonnés en ligne, tout rond. La quantité d'informations et de liens disponibles est pourtant impressionnante. Plus qu'une newsletter, le site est un véritable portail wallon en néerlandais. On y trouve des données commune par commune, un lexique thématique néerlandais-français, et des liens vers toutes les autorités locales ou régionales possibles et imaginables. Côté nouvelles, on y trouve de tout, "les bonnes nouvelles comme les mauvaises, des choses plus insolites, et surtout beaucoup d'informations sur les entreprises. Il y en a plein ici qui font des choses intéressantes."

De fait, le site donne une image très positive de la Wallonie. Ren De Vree estime faire oeuvre utile et recherche des sponsors des deux côtés de la frontière linguistique.

Comment ce Hollandais voit-il nos bisbrouilles nationales ? "C'est dommage que Flamands et Wallons s'épient constamment et que des deux côtés, toute information soit toujours vue avec un biais communautaire. Encore cette semaine, la Région wallonne a refusé une autorisation d'ouvrir une piste de ski (à Trois-Ponts - NdlR) et un quotidien flamand a titré : "Pas d'autorisation wallonne pour la piste de ski flamande". Tout ça parce que le demandeur était anversois."

D'ici quelques années, il espère trouver un éditeur de presse pour reprendre son site en main, ce qui le soulagerait financièrement et lui permettrait d'enfin... réellement profiter de sa retraite.

Web www.waalsweekblad.be

© La Libre Belgique 2007