Lauriers verts pour le trio Javaux

Pierre-François Lovens Publié le - Mis à jour le

Belgique

Repoussé au fond de l'ornière politique le 18 mai dernier, Ecolo a démontré dimanche qu'il conservait une incroyable force de mobilisation. Ainsi, au moment de prendre place dans l'auditoire Socrate de l'UCL pour une assemblée générale plus indécise que prévu, on recensait 1001 militants inscrits à l'AG, ce qui en fait la plus importante de l'histoire des Verts. Avec une absence remarquée: celle de l'ex-vice-Première fédérale Isabelle Durant.

Pendant plus de trois heures, à l'abri de la presse, les tenants des deux équipes candidates à la succession du secrétariat fédéral (SF) ont mis tout leur poids dans la balance pour tenter d'emporter une partie qualifiée par beaucoup d'existentielle pour le futur d'Ecolo.

En préambule, l'équipe démissionnaire (Defeyt-Huytebroeck-Hordies) a tiré sa révérence. Avec une pointe d'amertume et, surtout, d'émotion dans le chef de Philippe Defeyt. Le mea culpa a été à la fois personnel et collectif. «Ecolo n'a pas porté les bons combats au bon moment», a-t-il été dit. «Le SF n'a pas su faire fonctionner les rouages entre le parti et nos cabinets ministériels».

Ensuite, plusieurs figures marquantes d'Ecolo sont montées au créneau. Josy Dubié et Jacques Bauduin, en particulier, ont pris fait et cause pour l'équipe Wesphael-Lannoye-Francken. Soit la ligne dite des «fundis». Pour l'équipe Javaux-Huytebroeck-Brouir, on a notamment entendu José Daras, Pierre Jonckheer et Thérèse Snoy. Soit les tenants d'une ligne à la fois plus pragmatique et participationniste.

Sur le coup de 17 heures 30, les portes de l'auditoire néo-louvaniste s'ouvrent enfin. Les choses ne traînent pas. Sous une salve d'applaudissements, l'équipe Javaux peut savourer sa victoire. Le résultat n'a rien d'étriqué: sur 974 votants, le député wallon, l'ex-secrétaire fédérale et le responsable des ressources humaines d'Ecolo recueillent 593 votes. Soit un score de 61,9 pc, contre 38,1 pc pour l'équipe Wesphael. Dans la foulée, les trois membres du nouveau SF obtiennent la confiance de l'AG: 81,96 pc pour Claude Brouir, 73,99 pc pour Evelyne Huytebroeck et 81,84 pc pour Jean-Michel Javaux.

Changement de style

Le nouveau trio à la tête d'Ecolo promet aux militants réunis à Louvain-la-Neuve de «hausser le ton» face à ses adversaires politiques et de «montrer, vite, à ces électeurs perdus et à d'autres que nous sommes crédibles, convaincants, toujours porteurs d'espoir et d'une vraie alternative». Le temps presse. Jean-Michel Javaux, propulsé comme nouvelle figure de proue d'Ecolo à 35 ans, fixe l'objectif: redevenir «le choix prioritaire» dès les élections régionales et européennes de juin 2004.

L'équipe Javaux promet aussi un changement de style. Elle travaillera avec un bureau politique, ouvert à des délégués locaux et régionaux, appelé à définir des décisions adoptées et appliquées par tout le mouvement. «En septembre, nous déterminerons quatre ou cinq priorités en vue des élections de 2004», confie Evelyne Huytebroeck.

Dans le clan des battus, la défaite est amère. «Ce sera difficile de relever le parti avec une ligne politique molle», dit Bernard Wesphael, qui promet toutefois une collaboration loyale. Une défaite, nous glisse-t-on, qui aurait été le fait du vote massif (90 pc) de la régionale bruxelloise pour l'équipe Javaux, alors que les régionales wallonnes auraient apporté leur soutien au trio Lannoye-Wesphael-Francken.

Pierre-François Lovens

Facebook

Ailleurs sur le web

Les + consultés de la semaine

cover-ci

Cover-PM