Belgique

Quel parent n’a jamais eu besoin de confier son enfant à un baby-sitter le temps d’une soirée, de retrouvailles avec des amis de longue date ou d’un resto en amoureux ? Laisser les marmots sous la surveillance d’une personne étrangère à la famille n’est cependant pas une chose évidente. Une relation de confiance doit être tissée avec le baby-sitter. Et puis, surtout, un prix négocié à l’amiable doit être établi entre les deux parties.

Plus de huit euros l’heure en Belgique

La plupart des jeunes baby-sitters déterminent eux-mêmes leur honoraire pour la garde d’enfants. Vendredi, Yoopies, un réseau qui met en relation parents et candidats baby-sitters, a publié son rapport annuel. Lequel recense le tarif moyen de baby-sitting par ville en Belgique pratiqué par ses affiliés.

En moyenne, en 2016, les parents qui font appel au réseau Yoopies, doivent débourser 8,38 euros de l’heure pour faire garder leurs enfants. Mais des différences - allant jusqu’à 10 % - se marquent selon la province.

Les Bruxellois devront débourser une somme plus importante - le salaire horaire moyen demandé y étant de 8,84 euros - que les parents résidant dans le Hainaut, province la moins onéreuse, où l’on débourse 8,02 euros par l’heure pour faire garder son enfant.

Avec un tarif moyen à 8,38 €, la Belgique se trouve à la cinquième place du classement européen derrière la France. On retrouve sur le podium, la Suisse avec un tarif de 15,33 €, la Grande-Bretagne à 10,06 € suivie de près par l’Allemagne dont le tarif s’élève à 9,53 €.

Le juste prix ?

La Ligue des familles a elle aussi mis en place un service de baby-sitting destiné à ses membres. Pour ce faire, elle établit un tableau qui propose les tarifs les plus justes à ses yeux. Les prix sont assez nettement moins élevés que ceux pratiqués dans le réseau Yoopies.

Au premier janvier 2015, la Ligue recommandait un tarif à 6 euros de l’heure, tout quart d’heure entamé devant être dûment payé comme une heure pleine. Il s’agit d’une recommandation, les jeunes ayant le droit de demander un salaire supérieur, en accord avec les parents. Celui-ci ne peut toutefois pas excéder les 7,5 euros de l’heure. La plupart des candidats suivent une formation organisée par la Ligue. "Les six euros leur conviennent parfaitement", précise la responsable du service, Dominique Lecomte. Cette base est fixe et ne variera pas en fonction du nombre d’enfants à garder, de la difficulté de la tâche ou du possible handicap de l’enfant. "L’idée est de laisser la porte ouverte aux familles disposant de revenus plus faibles", détaille la responsable.