Belgique Commentaire

José Gotovitch, professeur honoraire à l’ULB et ancien responsable du Centre d’études de la Seconde Guerre mondiale, mué en Centre Guerre et sociétés contemporaines n’a pas caché son étonnement lorsque le pasteur Boudin lui a demandé de préfacer sa recherche. "L’on pouvait s’étonner à juste titre de me voir chargé de cette introduction, moi un mécréant d’origine juive Mais, trêve de plaisanteries, les protestant cultivaient de fait et de longue date l’esprit de résistance !" Et de se référer au fait que "largement dégagées des codes en vigueur dans les appareils institutionnels et non soumis à l’autorité absolue d’un potentat omniscient, les communautés protestantes ont depuis les Gueux - c’est la thèse de Hugh R. Boudin - intégré l’esprit de résistance et la tradition de la lutte contre l’absolutisme. On se doit d’ajouter à cela un philosémitisme évident, mâtiné d’une certaine connivence élitiste " José Gotovitch a visiblement été impressionné par la dimension encyclopédique du travail "à l’image de la diversité et de la multiplicité protestantes" . L’historien relève aussi d’emblée avec l’auteur "qu’ il n’y eut pas sous l’Occupation une résistance protestante mais en mettant en lumière la résistance menée par des protestants, il montre fréquemment le rapport intime qui lie les gestes posés à la conviction qui habite ceux qui les posent" . José Gotovitch, enfin, ne manque pas de remarquer que "ce travail derrière lequel on perçoit l’engagement de toute une vie constitue certainement le sommet et le couronnement d’un sacerdoce tout entier voué à l’histoire du protestantisme en Belgique" Sa conclusion ? "Le pasteur Boudin a fait œuvre utile "