Belgique Le président sortant de la Commission européenne, Romano Prodi, et le Premier ministre belge, Guy Verhofstadt, ont inauguré jeudi le Berlaymont rénové, dont la Commission a repris possession après treize années de travaux.

Dans leurs discours, les deux dirigeants ont évoqué la grandeur du bâtiment et la place de l'Europe à Bruxelles, en s'abstenant de mentionner les frictions passées sur le calendrier et le coût de la rénovation.

Le quotidien Le Soir a estimé mercredi à 1,38 milliard d'euros le coût total des travaux, dont 629 millions à charge de l'Etat belge, qui a dû s'acquitter notamment du relogement des fonctionnaires déplacés.

Mais jeudi, l'heure n'était pas aux questions déplaisantes. "Je suis convaincu que le beau résultat dont nous témoignons aujourd'hui nous fera vite oublier les moments difficiles", a déclaré M. Verhofstadt.

L'inauguration du Berlymont constitue à ses yeux "une nouvelle étape" vers l'intégration harmonieuse des institutions européennes dans le paysage bruxellois. La Belgique a adopté l'an dernier un projet global d'aménagement du quartier européen, qui "réconcilie le style et la viabilité, le nouveau et l'authentique, la grandeur et la proximité", a-t-il dit.

M. Prodi a salué pour sa part "la qualité du travail de rénovation" du Berlaymont, qui permettra "un travail efficace dans un cadre confortable mais d'où a été bannie toute ostentation". Le président sortant a également vanté l'accueil réservé à la Commission par la Belgique et Bruxelles. "Nous nous sommes toujours sentis chez nous à Bruxelles, dans une atmosphère familiale et amicale", a-t-il dit.

"Bruxelles nous a réconfortés, Bruxelles nous a offert la paix, la tranquillité, la chaleur et l'amitié. Bruxelles nous a aidés à faire vivre l'Europe et elle mérite largement le nom de Bruxelles-capitale".

"Je vous suis et je vous serai toujours reconnaissant", a-t-il dit à l'adresse de M. Verhofstadt, ainsi qu'"aux autorités et élus de Bruxelles, au peuple belge et à mes concitoyens bruxellois que j'ai appris à aimer et à apprécier".

M. Prodi sera remplacé par le Portugais José Manuel Barroso à la tête de la Commission le 1er novembre prochain. Il retournera en Italie afin de mener l'opposition au gouvernement de Silvio Berlusconi.

Les fonctionnaires ont commencé pour leur part à s'installer dans le nouveau Berlaymont. Les briefings de presse quotidiens de la Commission y seront déplacés dès lundi prochain.