Belgique

La musique et son pouvoir guérisseur ont une fois encore touché. Ce vendredi après-midi, la capitale a vibré au rythme du Brussels Philharmonic et du Vlaams Radio Koor. Un hommage qui a fait du bien aux citoyens.

La place de la Bourse ne désemplit pas depuis deux jours. Le parterre de bougies, fleurs, balons, peluches et autres signes de recueillement s'agrandit d'heure en heure. Ce vendredi, peu avant 15h, la foule est particulièrement importante. L'orchestre du Brussels Philharmonic et la chorale du Vlaams Radio Koor ont donné rendez-vous à tout Bruxelles pour un hommage musical aux victimes.

"Ces attentats nous ont énormément touché, confie Filip Strobbe, directeur opérationnel du Brussels Philharmonic. Dans les moments tristes, les gens apprécient la musique classique, cela les apaise. Elle a le pouvoir de rassembler, de traduire des émotions. Pour cela, nous avons choisi deux morceaux : l'Adagio for Strings, qui symbolise les funérailles, suivi de l'Hymne à la joie de Beethoven, qui représente la résurrection, l'amitié." Un message symbolique donc. "La plupart des victimes étaient des européens, de diverses nationalités. L'Hymne à la joie, qui est aussi l'Hymne européen, me semble tout indiqué pour leur rendre hommage", précise Filip Strobbe.

Les musiciens montent un à un les marches de la Bourse pour installer leurs partitions et instruments. Les nuages et la pluie qui avaient monopolisé la matinée laissent maintenant place à un soleil chaud et réconfortant. Les premiers accords s'élèvent, un père fait signe à ses enfants de se taire, une mère enlace sa petite fille. Amis, couples, parents et enfants se laissent emporter par la puissante résonnance des instruments. Une jeune femme, voyant une dame plus âgée commencer à chanter mais se perdre dans les paroles, s'approche d'elle pour lui tendre une feuille où elles sont écrites. Chanter, s'étreindre, pleurer, chacun vit ce moment particulier à sa façon. Lorsque les derniers accords résonnent dans le boulevard, une salve d'applaudissements à n'en plus finir prend la relève.

"Je crois que Beethoven a composé ce morceau spécialement pour aujourd'hui, me glisse la dame qui chantait. Mon dieu, quel geste splendide de la part de ces gens, ça me donne des frissons ! Mais regardez-les, qu'ils sont beaux !, ajoute-t-elle en désignant des musiciens qui s'étreignent. Bravo ! Merci !" Un sourire émerveillé se dessine sur son visage, témoin d'une scène de solidarité émouvante.

Quelques mètres plus loin, trois petites filles s'appliquent à écrire Bruxelles avec des petites bougies. "Les gens qui sont décédés n'avaient rien fait, ils étaient innocents. C'est trop beau de leur faire une dédicace en musique !", sourit tristement la plus grande.

Une autre dame, très émue, explique : "Je suis venue spécialement pour cet hommage. En chemin, j'ai rencontré des personnes qui reprenaient le métro pour la première fois depuis les terribles attaques. Les rassemblements de solidarité nous aident à surmonter tout ça. Et quelle belle idée de distribuer les paroles de l'Hymne à la joie dans une dizaine de langues. Cela permet à tout le monde de comprendre son sens." L'initiative de l'orchestre a fait l'unanimité auprès des citoyens, chaque note guérissant un peu plus les blessures laissées par ce triste mardi.