Belgique

Le chef de l'Eglise catholique belge est ouvert à une certaine reconnaissance du mariage chrétien entre personnes de même sexe.

L’information a fait le “buzz” au début du week-end au nord du pays mais ce n’était plus un scoop: dans les journaux du Mediahuis - entendez: le groupe du “Standaard” mais aussi la “Gazet van Antwerpen” et le “Belang van Limburg” - le cardinal Jozef De Kesel a semblé prendre une position révolutionnaire en estimant que l’Eglise catholique devait avoir davantage de respect pour les couples gays, lesbiens et bisexuels. En outre le primat de l’Eglise de Belgique réfléchirait aussi à la mise en place d’une célébration de prière pour sceller une relation homosexuelle qui doublerait un mariage civil en bonne et due forme.

Ce disant, le cardinal belge va bien évidemment plus loin que la position de Rome toujours en retrait par rapport aux homosexuels et autres transgenres. Mais pour ceux qui suivent vraiment l’évolution de l’Eglise en Belgique, le cardinal n’a fait que confirmer des prises de positions antérieures.

Rencontre avec des homos malinois

Le cardinal De Kesel a fait part de cette option lors d’un récent entretien avec une délégation d’homosexuels de Malines qui lui avait demandé une entrevue. Son porte-parole néerlandophone, Geert De Kerpel l’a confirmé samedi matin. L’archevêque de Malines-Bruxelles, connu pour son ouverture d’esprit les a écoutés, leur a exprimé sa préoccupation pour leur bien-être et leur a dit son respect. Et a essayé de répondre à leurs questions. Le cardinal s’est aussi focalisé sur leur relation en faisant bien la part des choses par rapport au mariage chrétien traditionnel. Il ne s’agissait donc pas d’une prise de position officielle mais d’une démarche personnelle.

Cela dit, Jozef De Kesel entend répondre à la demande de croyants homosexuels de pouvoir bénéficier d’une reconnaissance symbolique de l’Eglise comme couple. Connu pour sa grande ouverture d’esprit, le cardinal n’est cependant pas prêt à plaider pour un mariage religieux entre personnes de même sexe.

Pas question d’une bénédiction qui ressemblerait trop à celle d’un mariage comme il y en a de plus en plus entre de jeunes mariés qui ne s’unissent plus lors de messes dûment patentées.“S’il y a une certaine retenue dans le point de vue de l’Eglise, c’est pour préserver d’autant plus la grande valeur du mariage et de la famille” a commenté Geert De Kerpel. “Si les homosexuels veulent malgré tout un symbole chrétien de leur proximité, le cardinal pense plutôt à une célébration de remerciement, de prière”. Mais certainement pas à un échange de consentements scellé par l’échange des alliances”.

Une frilosité ecclésiale qui tranche pourtant avec la vision du prédécesseur à Malines-Bruxelles de Jozef De Kesel: Mgr André-Joseph Léonard n’a jamais fait montre d’une telle ouverture, tout au contraire...