Belgique

Un document issu du cabinet du ministre de la Défense Steven Vandeput (N-VA) fait dire au sp.a que le choix pour les F-35 de Lockheed Martin en remplacement des F-16 est arrêté depuis longtemps. Le ministre affirme pour sa part qu'il s'agit "d'un seul des dizaines de documents circulant" dans le cadre de ce dossier sensible. Le document en question date de mars 2015 et a été apporté par un vent favorable aux rédactions du Standaard et de la VRT. Le texte fait état d'un grand appétit pour "un avion de combat de cinquième génération", soit un appareil furtif. Seul le F-35 remplit cette condition.

Le texte pointe également "la capacité de dissuasion nucléaire" des chasseurs-bombardiers. "La Belgique, en tant que pays hôte du siège OTAN, souhaite rester un partenaire durable et fiable et veut participer à la capacité nucléaire de l'alliance", indique la fiche.

"Une arnaque"

Selon le député Dirk Van der Maelen (sp.a), qui a pu consulter le document, toute la procédure de remplacement des F-16 n'est qu'une "arnaque". "Le choix des F-35 est arrêté depuis 2015. Le ministre Vandeput a toujours nié que la capacité nucléaire était un critère important dans le choix, mais cela ne correspond pas à la réalité", estime le socialiste. Pour lui, le ministre et son cabinet avaient déjà décidé d'opter pour les F-35 avant le début des négociations et l'élaboration de la Vision Stratégique. Il demande que les audits actuellement menés soient étendus au cabinet du ministre.

Vandeput parle de document de "brainstorming"

Le ministre Vandeput affirme que le document qui a fuité fait partie de dizaines de documents qui ont circulé lors des sessions de brainstorming. "Il date d'avant les négociations sur la Vision Stratégique. Je ne pense même pas qu'il m'ait été présenté sous cette forme."


Vandeput : "La Vision Stratégique est la seule chose qui compte"

Le ministre de la Défense Steven Vandeput (N-VA) a martelé ce mercredi matin lors de l'émission De Ochtend sur Radio 1 que "seule la Vision Stratégique compte". Il répond ainsi au député Dirk Van der Mealen (sp.a) qui accuse le ministre et son cabinet d'avoir tronqué la procédure de remplacement des F-16 depuis le départ au profit de Lockheed Martin. 

"Dirk Van der Maelen voit des fantômes", a répliqué M. Vandeput, qui souligne qu'il ne s'agit là que d'un texte parmi des dizaines d'autres. Ce document "n'a rien de super important", avance le ministre. "La seule chose qui compte est la Vision Stratégique (le fil rouge pour la politique de défense jusque 2030, ndlr.), comme elle a été présentée au gouvernement et dont le préambule a été validé. Tout le reste est nul et non avenu."

Le ministre fait valoir que ce qui importe est ce qu'il fait des avis qui lui sont remis. "Qu'il y ait plusieurs avis, que mes collaborateurs fassent parfois des propositions avec lesquelles je ne suis pas d'accord, je ne peux que l'espérer."