Le colonel Lallemant était un "as" de la RAF

Christian Laporte Publié le - Mis à jour le

Belgique

Impitoyable camarde... Après Georges Jaspis l'an dernier, voilà qu'un autre as de l'aviation militaire belge vient de rejoindre les cieux pour l'éternité. Et non des moindres puisqu'il s'agit du Cl Raymond Lallemant, qui avait commandé le 609e escadron de la RAF pendant les mois d'août et septembre 1944, à un moment décisif de la contre-offensive alliée après le D-Day.

Raymond "Cheval" Lallemant qui était né le 23 août 1917 à Blicquy, était élève-pilote à Wevelgem lors de l'invasion de la Belgique. Voulant en découdre avec les Allemands, il décida de rejoindre l'Angleterre avec d'autres pilotes belges et polonais. Une épopée déjà en soi qui passa par la France et le Maroc mais qui n'en fut pas moins "express" puisque le 12 juillet 1940, il débarquait à Gibraltar. Après avoir achevé sa formation à l'école franco-belge d'Odiham, il s'intégra rapidement au 609e Squadron. Avec, comme première mission, de longer les côtes françaises.

De quoi se faire les dents et décrocher, dès mars 1943, la Distinguished Flying Cross. Entre-temps, il fut aussi pilote d'essai et testera le Firebrand et le Martin Baker MB3. Mais sa véritable heure de gloire se situa pendant la campagne de Normandie.

Le 14 septembre 1944, l'aventure avait failli se terminer net du côté de Arnhem. L'avion de Raymond Lallemant avait été touché par un canon antiaérien et avait dû se poser en catastrophe. Bien que grièvement brûlé, "Cheval" ne voulait pas abandonner ses camarades et, grâce aux prouesses de la chirurgie plastique, on le retrouva très vite à pied d'oeuvre, cette fois au sein de la 349e, une des unités de la Royal Air Force à voler sur Spitfire. Il en assura le commandement de mars à décembre 1945.

Un look très british

Le 8 mai 45, se trouvant par hasard à Bruxelles, il avait vécu l'incroyable liesse de la vraie libération du pays; mais son esprit était ailleurs : comme il le rapporta dans un de ses livres, il repartit donc rapidement pour l'Allemagne où il rejoignit son escadrille à Warrelbusch.

Après une nouvelle opération, il resta dans la Force aérienne belge au sortir de la guerre. Un temps directeur des opérations aériennes, il commanda la 2e Escadre à Florennes, puis continua à se perfectionner aux Etats-Unis et en France pour terminer sa carrière en 1972 à Bruxelles. Doté d'une excellente plume, le colonel Lallemant avait couché ses expériences sur papier. A l'instar d'autres anciens de la RAF, il avait gardé un look très "british" mis en exergue par sa grande taille...

Christian Laporte

Facebook

Ailleurs sur le web

Les + consultés de la semaine

cover-ci

Cover-PM