Belgique

La SNCB a procédé, l'an dernier, à cinq millions d'euros de réparations sur ses trains en raison du vandalisme. 

Dans ce contexte, le ministre de la Mobilité François Bellot veut s'attaquer au vandalisme ferroviaire via des amendes administratives, a-t-il précisé à la suite d'une question parlementaire de Luk Van Biesen (Open Vld). Dans les trois-quarts des cas, il s'agit de graffitis. L'an dernier, 3,6 millions d'euros ont été nécessaires pour le nettoyage de ces graffitis.

D'autres formes de vandalisme comme des vitres brisées, des bris de tablettes ou encore l'utilisation d'un extincteur auront coûté, l'an dernier, environ 1,3 million d'euros à la SNCB.