Belgique

La diffusion du film de l'assassinat de Linda Doms a été interrompue mercredi en fin de journée devant la cour d'assises du Limbourg, lors du procès de Renaud Hardy. Après l'ouverture des portes de la salle d'audience, l'accusé a demandé s'il y avait encore une assistance psychologique prévue pour les jurés. 

Le président de la cour, Dirk Thys, lui a répondu que ce n'était pas son problème. La diffusion du film a été suspendue en raison d'images et de son trop violents. Les jurés devaient initialement visionner quelque 40 minutes de film. Ils devaient rester dans la salle, mais pouvaient fermer les yeux et se boucher les oreilles. S'ils quittaient la salle par contre, il y aurait eu erreur de procédure.

Après l'interruption, l'accusé a demandé s'il y avait encore une assistance psychologique prévue pour les jurés. Maître Jef Vermassen, qui représente l'actrice Veerle Eyckermans, victime d'une tentative d'assassinat, avait déjà souligné qu'il existe une loi sur le soutien psychologique des membres du jury mais que les arrêtés d'exécution n'étaient pas encore passés.

Le procès reprendra jeudi à 9 heures, comme prévu, avec la suite de l'exposé sur l'enquête autour de Renaud Hardy, un quinquagénaire accusé de deux assassinats, et de deux tentatives d'assassinat et de viol avec torture.