Belgique Durant quinze années, "le fils de l'ogre des Ardennes" s'était muré dans un silence absolu.

Selim, âgé de trente ans aujourd'hui, considère ses parents comme morts. Il était le fils unique du couple pédophile Michel Fourniret et Monique Olivier, tous deux condamnés à la prison à vie pour l'enlèvement et le meurtre de sept adolescentes en Belgique et en France.

Paru début octobre, le livre "Le fils de l'ogre" relate trois années d'entretiens entre le journaliste Oli Porri Santoro et l'homme qu'il ne faut plus appeler Fourniret.

Selim revient sur son enfance "où tout paraissait rose", au côté d'un père dominateur et colérique mais non violent: "Jamais il ne criait! Jamais! (...) Il était très colérique, ça oui, mais en ce qui me concerne, la violence n'a jamais dépassé le stade de la simple gifle", assure-t-il.

Le jour où la vérité a éclaté

C'est le 26 juin 2003, alors qu'il regardait le journal télévisé, que Selim, 14 ans, découvre la vérité sur son père, en même temps que le reste de la France et de la Belgique. Sa mère est arrêtée un an après pour être interrogée. Elle ne rejoindra jamais son fils au domicile familial. Selim est alors recueilli par son demi-frère.

Désormais agent de sécurité, il affirme "ne devoir la vie qu'à la peur du suicide". Sa demi-soeur, Marie-Hélène, a mis fin à ses jours en 2006, alors âgée de 33 ans. Selon sa mère, la deuxième épouse de Fourniret, son nom était devenu "trop lourd à porter".

"Des mains énormes"

En janvier 2016, dans le parloir de la centrale d'Ensisheim, le fils et son père se retrouvent après quinze années de distance en Alsace.

"La première chose qui m'a marquée à la vue de celui qu'on surnomme 'l'ogre des Ardennes', c'est de me trouver face à un petit monsieur, tout courbé, d'1,67 mètres. C'est là que j'ai vu ses mains, des mains énormes", écrit le journaliste, aussi présent au parloir.

Alors q'une larme coule le long de sa joue, Michel Fourniret dit n'éprouver aucun remords: "je suis un gros con, mais j'assume. Je ne regrette pas. Tout est dû à ma fierté incommensurable et sans borne."

Depuis cette rencontre en prison, Selim n'a plus aucun contact avec son père. Il habite désormais dans le sud de la France et a changé son nom.