Belgique

Dimitri Herman mis en lumière suite à une info erronée met les choses au point : il n'admet pas le geste de son frère et pense surtout aux victimes

A la Une de l'actualité, Dimitri Herman est sorti du silence ce mercredi. L'homme s'en serait bien passé. Mais voilà, selon des informations erronées, il était activement recherché par toutes les polices du pays parce qu'il était possible qu'il veuille venger la mort de son frère et s'attaquer à des policiers.


A lieu de cela, Dimitri était à son travail, comme tous les jours depuis deux ans.

"Je ne comprends pas ce qui se passe. Je n'ai rien à me reprocher. Le jour de l'attentat de Liège, j'étais à mon travail. Comme je suis le frère de Benjamin, j'ai été entendu. Les policiers sont d'ailleurs venus me chercher sur mon lieu de travail. Je n'ai rien à me reprocher. J'ai fait des bêtises dans ma vie, mais je suis revenu sur le droit chemin. J'essaie de me construire tous les jours. Je travaille, j'ai un enfant et je veux en finir avec le passé".

En outre, Dimitri Herman ne peut s'empêcher de penser aux victimes. "J'ai de la peine pour tout le monde, pour les victimes, pour leur famille. Je vous l'ai dit, j'ai une fille et je n'ose imaginer comment, elle vivrait si une chose pareille m'arrivait. Je pense aussi aux parents qui ont perdu un enfant. C'est horrible. Moi aussi, j'ai perdu un frère sur lequel je suis très fâché. Je ne comprends pas, je n'admets pas ce qu'il a fait."


Un frère avec qui il n'avait plus de contact. "Cela faisait trois ans que l'on ne s'était plus vu, ni même téléphoné. Je vous l'ai dit, je veux partir de l'avant et construire ma vie. On s'est disputé à l'époque parce que Benjamin n'avait pas la même vision des choses que moi."