Belgique

La proposition du gouvernement fédéral de réduire de 15% la dotation du prince Laurent l'an prochain est basée sur "une analyse juridique très détaillée" et se fait "dans le respect des droits de la défense et du principe de proportionnalité", a indiqué le Premier ministre Charles Michel jeudi après-midi à son arrivée au sommet européen. 

"Nous avons décidé que la loi sur les dotations devait être appliquée." Le gouvernement fédéral proposera à la Chambre de réduire la dotation du prince de 15% pour 2018, pour le sanctionner pour une visite à l'ambassade de Chine l'été dernier, en uniforme et sans autorisation gouvernementale.

"Nous avons décidé que la loi devait être appliquée", a expliqué Charles Michel. "Sa présence à une réception de l'ambassade de Chine sans autorisation du ministre des Affaires étrangères est inacceptable."

Le Premier ministre a expliqué qu'il s'agissait d'une "décision motivée". "C'est pour le principe: il y a des droits et des devoirs, cela vaut pour tout le monde. Mais cette décision est basée sur une analyse juridique très détaillée et se prend dans le respect des droits de la défense et du principe de proportionnalité", a-t-il précisé.

Ce sera au parlement de décider si la dotation doit effectivement être amputée, a encore indiqué Charles Michel. "Nous avons envoyé un avis au Parlement, qui aura le dernier mot."


Son avocat ne souhaite réagir qu'à partir de vendredi

L'avocat du prince Laurent n'a pas souhaité réagir jeudi midi à la volonté du gouvernement de baisser de 15% la dotation de celui-ci pour 2018. Me Laurent Arnauts veut d'abord étudier le dossier. Une réaction suivra probablement vendredi après-midi, a-t-il confié à Belga.