Belgique

ENQUÊTE

Ce week-end, Montignies-sur-Sambre risque bien de connaître l'un des moments les plus `folkloriques´ de son histoire. Le Père Samuel, prêtre dissident de l'Eglise catholique, a effectivement annoncé - à grands frais de publicité dans la presse - qu'aurait lieu, ce dimanche à 10h30, l'inauguration de l'église Saint-Antoine-de-Padoue, anciennement propriété des Pères franciscains. Administrateur délégué de l'asbl `Frères mineurs´, le Père Remy Tassin tient toutefois à préciser qu'il n'a jamais été dans l'intention des franciscains de vendre le couvent à l'ancien vicaire de Gosselies. `Nous avons été floués dans cette affaire, explique-t-il, car jamais, durant les transactions, il n'a été question du Père Samuel. Lorsque nous avons rencontré le candidat repreneur, Madame Devoghel, celle-ci nous a certifié que son intention était de transformer le couvent en centre culturel et artistique. Or, le jour même de la vente, cette dame faisait don des bâtiments à une association présidée par le Père Samuel et dénommée `ASBL St-André & Ste-Rita´.´ Un procédé qui fait curieusement penser au rachat de l'église Saint-Joseph par la Fraternité St-Pie X à Bruxelles (voir LLB 31/10).

Le Père Samuel, de son côté, ne nie pas les faits. `Si les transactions avaient été menées en mon nom, il est clair que les Pères franciscains auraient refusé de me vendre le couvent, reconnaît-il. En fait, si j'ai fait cela, c'est pour rendre service au peuple catholique. Grâce à moi, cette église ne sera pas vendue pour être transformée en mosquée, en dancing, en hôtel ou, pire, en maison de passe, comme cela se fait très souvent.´

UNE SOMME RONDELETTE

Beaucoup de personnes, en tout cas, s'interrogent à Charleroi sur l'origine des fonds qui ont permis à l'ancien vicaire de Gosselies de racheter le couvent des Pères franciscains. Seize millions et demi de francs belges, c'est effectivement une somme rondelette, surtout que, depuis lors, d'importants travaux de restauration ont été entrepris dans l'église. Le Père Samuel assure qu'il s'agit surtout de dons anonymes versés à l'asbl St-André & Ste-Rita. `Contrairement à ce que certains disent, je ne me fais pas payer pour les exorcismes et les guérisons que j'opère

Précise-t-il. Mais si les gens me font des dons ou glissent des enveloppes sous ma porte pendant la nuit, que voulez-vous que j'y fasse?´

PS COMME PÈRE SAMUEL?

Selon la publicité parue dans la presse ces derniers jours, la messe d'inauguration devrait être célébrée, ce dimanche, `en présence de diverses personnalités politiques et religieuses´

. Interrogé sur ce sujet, le Père Samuel annonce effectivement la venue de nombreux élus socialistes, dont celle de Jean-Claude Van Cauwenberghe, ministre-Président de la Région wallonne et ancien bourgmestre de la ville de Charleroi. Une présence que son attachée de presse n'a pas démentie jusqu'à ce jour.

Exception faite des Carolos, peu savent, en effet, que les deux hommes entretiennent des relations plus ou moins amicales depuis les élections communales de 1994. Le Père Samuel avait alors créé l'événement en annonçant son retrait de la course et en demandant à ses admirateurs de voter pour Van Cau. Même si cela ne représentait finalement que peu de voix (entre 1 000 et 1 500), c'est le genre de geste qu'un politicien peut difficilement oublier.

Particulièrement rusé, le Père Samuel a également réussi à s'attirer la sympathie d'autres élus de la région en faisant des dons importants à diverses associations caritatives, dont les `Restos du Coeur´. Selon Julia Nyssens, juriste et fondatrice de l'asbl `Association de défense de l'individu et de la famille´, c'est une manière de fonctionner tout à fait caractéristique des sectes: `compromettre des personnalités politiques pour accroître sa crédibilité auprès du peuple´.

© La Libre Belgique 2001