Belgique Le problème est récurent. Chaque année, des festivaliers quittent le camping en laissant sur place tentes, matelas, sacs de couchage, affaires personnelles et déchets, qui donnent au site l'apparence d'une décharge à ciel ouvert. 

Face à ce constat peu reluisant, les organisateurs ont décidé de s'associer à la société de travail adapté Ecoso, qui se cache derrière les magasins de seconde main Kringwinkels en Flandre. Ensemble, ils ont créé le projet "Camp2camp", dont l'objectif est de récupérer le matériel de camping abandonné encore en bon état pour lui donner une seconde vie. 

Une première expérience avait porté ses fruits l'an dernier, les affaires récupérées avaient été revendues. Cette année, elles seront proposées à la location dans les kringwinkels. Les amateurs de camping pourront y trouver des tentes, des matelas, des chaises et d'autres objets à louer sur de courtes durées. 

Les mouvements de jeunesse et les organisations à vocation sociale bénéficieront de tarifs avantageux. Dans la mesure du possible, le matériel endommagé sera également revalorisé. "Les toiles de tente déchirées peuvent par exemple être transformées en sacs réutilisables", commente Jolien Roelandt, de la société Ecoso. 

Le projet, qui s'inscrit dans l'économie circulaire, permettra de créer de l'emploi via le tri et la revalorisation du matériel. L'an dernier, les bénévoles d'Ecoso avaient amassé 25 tonnes de matériel de camping abandonné au terme du premier week-end de Tomorrowland.