Belgique A 58 ans, Laurette Onkelinx a décidé ce mercredi de tirer un trait sur sa carrière politique. La décision de la cheffe du file bruxelloise du PS ne laisse pas insensible ses collègues, mais non moins rivaux. Compilation des réactions des politiques suite à l'annonce de l'ancienne ministre de la Justice, ainsi que des Affaires sociales et de la Santé publique.

Des remerciements aux salutations, beaucoup se disent enchantés d'avoir travaillé avec la Liégeoise, à commencer par les membres de la même famille politique Rudi Vervoort, Marc Tarabella ou l'ancien président du parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles Jean-Charles Luperto.


David Clarinval parle "d'une femme de conviction et de parole"

Le chef de groupe MR à la Chambre David Clarinval a quant à lui salué mercredi les qualités de Laurette Onkelinx, "une femme qui a marqué la vie politique du pays pendant plus de vingt ans". La cheffe de file socialiste est "une femme de conviction, défendant ses positions avec beaucoup d'ardeur, une négociatrice difficile mais correcte et respectant sa parole", a souligné M. Clarinval. Le chef de groupe MR dit ne pas douter que d'ici à 2019, le parlement sera encore le théâtre de "beaux débats" avec son homologue socialiste.

Pour sa part, le réformateur Georges-Louis Bouchez n'a pas manqué de lancer une pique à Elio Di Rupo.


La Flandre salue également une ancienne représentante au Fédéral

Le chef de groupe Groen à la Chambre, Kristof Calvo, a affirmé mercredi que Laurette Onkelinx lui manquerait en tant que collègue chef de groupe au parlement fédéral.

"Sur le PS bruxellois, il y a beaucoup de choses à dire, mais j'ai appris à connaître Laurette Onkelinx comme une collègue authentique et passionnée", a-t-il commenté sur le réseau social Twitter.

La socialiste bruxelloise a annoncé mercredi son retrait de la vie politique à l'horizon 2019, à l'issue d'une carrière marquée notamment par une vingtaine d'années d'activité ministérielle.

Très émue, Mme Onkelinx avait annoncé qu'elle ferait un choix entre sa fonction de cheffe de groupe à la Chambre et la présidence de la fédération bruxelloise du PS. Elle devrait être remplacée à la rentrée parlementaire par un nouveau chef de groupe et assumera jusqu'à la fin de la législature sa fonction de députée.

Joëlle Milquet salue "30 ans au service de l'action de l'Etat"

L'ancienne vice-Première ministre Joëlle Milquet (chH) a salué mercredi les "trente années fortes et très marquantes au service de l'action de l'Etat" à mettre au crédit de la députée socialiste Laurette Onkelinx.

"Engagée, travailleuse, compétente, conviviale, loyale, pétillante, Laurette va beaucoup manquer après 30 années fortes et très marquantes au service de l'action de l'Etat", a affirmé Mme Milquet, ex-présidente du parti humaniste et désormais députée bruxelloise cdH, dans un communiqué.

"Malgré nos différences politiques, j'ai toujours beaucoup apprécié travailler avec elle. Nous avons durant toutes ces années construit une belle relation respectueuse au service des citoyens", a-t-elle ajouté.

"Je comprends et respecte son choix. Il s'agit d'une grande femme d'Etat qui a beaucoup apporté à la Belgique et à sa politique sociale", a poursuivi Mme Milquet.

Selon elle, Laurette (Onkelinx) "a encore beaucoup à apporter dans les deux ans à venir". "Je lui souhaite bonne chance dans ses choix et défis futurs qu'elle relèvera avec brio", conclut-elle.

Pour Guy Verhofstadt, c'était "neuf années intenses de collaboration"

L'ancien Premier ministre Guy Verhofstadt (Open Vld), actuellement chef du groupe des libéraux au Parlement européen (ALDE), s'est souvenu mercredi des "neuf années intenses" de collaboration au sein du gouvernement fédéral avec l'ex-vice-Première ministre Laurette Onkelinx. M. Verhofstadt a affirmé lui souhaiter "le meilleur pour ce qu'elle entreprendra après 2019".

"Jamais un moment ennuyeux. Nous avions plus souvent des divergences que nous n'étions d'accord, surtout en ce qui concerne le budget, mais un compromis réalisable finissait par se dégager", a-t-il déclaré, soulignant que leurs relations sur le plan humain étaient meilleures.

"Les mots durs et les portes qui claquent étaient de pures collisions politiques. Laurette est d'abord une chouette femme et je lui souhaite le meilleur pour ce qu'elle entreprendra après 2019".

Selon son homologue flamande, c'est "Une décision courageuse"

La cheffe de groupe du sp.a à la Chambre, Meryame Kitir, estime que son homologue francophone Laurette Onkelinx a pris une "décision courageuse" en annonçant son retrait de la vie politique à la fin de cette législature.

La socialiste flamande n'a pas caché son admiration pour sa collègue francophone, qui pose "un geste fort en laissant la place aux jeunes". Elle a salué la conviction avec laquelle Laurette Onkelinx défendait ses dossiers et sa capacité de travail.

"Tout le monde ne sait pas quand il faut s'arrêter", a-t-elle ajouté.