Belgique Le ministre de la Justice n’a pas remis de propositions aux syndicats, qui n’ont donc pas pu les soumettre à leurs affiliés.

On s’attendait à une percée vendredi dans le dossier des prisons, confrontées depuis le 19 juin à un mouvement de grève des agents pénitentiaires qui dénoncent le projet du gouvernement d’imposer, par voie de réquisitions du personnel, un service minimum en cas de grève de 32 heures et plus.

Après les discussions "constructives" menées la veille entre le ministre Koen Geens (CD&V) et les syndicats, les assemblées générales syndicales étaient réunies vendredi pour analyser la nouvelle proposition d’avant-projet de loi.

Cette proposition du gouvernement va au-delà du service minimum et concerne une réforme plus globale du statut des agents pénitentiaires. Elle concerne les rémunérations, les plans de carrière ou encore les recrutements.

Il ne s’est cependant rien passé. Les syndicats n’ont pas reçu, comme ils l’attendaient, les textes du ministre de la Justice Koen Geens (CD&V). Dans l’après-midi, ils attendaient toujours la version définitive de l’avant-projet de loi du ministre, qui vise à instaurer un service minimum dans les prisons en cas de grève prolongée. Ils n’ont dès lors pas été capables de consulter leurs bases vendredi après-midi.

A défaut de texte, les syndicats ont reçu vendredi une invitation du ministre de la Justice Koen Geens à se réunir formellement lundi, a annoncé le front commun syndical composé de la CSC Services publics, de la CGSP-Amio et du SLFP.

Une nouvelle rencontre lundi matin

Les syndicats n’ont rien reçu et "le ministre a convoqué une réunion formelle lundi à 8 h eures", a indiqué Michel Jacobs, secrétaire fédéral de la CGSP-Amio.

"Avec cette nouvelle convocation, on peut espérer des avancées sur les points de rupture que comportait le dernier texte", escompte la secrétaire permanente de la CSC Services publics Claudine Coupienne. En effet, "la négociation officielle a pris fin jeudi et nous n’avons toujours pas obtenu la nouvelle version", poursuit Mme Coupienne, qui suppose dès lors que la réunion de lundi se basera sur de nouveaux éléments.

"C’est un dossier spécial et ce ne serait pas la première fois que l’on arrive à une réunion sans avoir pu consulter la nouvelle mouture au préalable", ajoute-t-elle.

Les syndicats soumettront le nouveau texte à leur base lundi à 14 heures. Les actions sont maintenues pour le week-end, ont confirmé les syndicats. Lundi, les gardiens de prison bruxellois se croiseront également les bras, selon le modèle de grève tournante.