Le MR veut un débat parlementaire sur les peines incompressibles

Belga Publié le - Mis à jour le

Belgique

Le MR demande l'inscription rapide d'un débat parlementaire sur les peines incompressibles ainsi que sur l'exécution de toutes les peines, a réagi le parti dans un communiqué publié mardi, à la suite de la libération sous conditions de Michelle Martin. Cette dernière avait été condamnée à 30 ans de réclusion pour son implication dans l'affaire Dutroux. Le tribunal d'application des peines de Mons a décidé, mardi matin, de la libérer sous conditions, après 16 ans de prison.

Par voie de communiqué, le président du MR Charles Michel énonce le souhait de "relancer le combat du MR pour les peines incompressibles, tout en respectant la séparation des pouvoirs". Il demande l'inscription rapide d'un débat parlementaire sur les peines incompressibles ainsi que sur l'exécution de toutes les peines, ajoute le communiqué. "La décision du tribunal d'application des peines de Mons répond favorablement au souhait de Michelle Martin de se soustraire à l'intégralité de sa condamnation en demandant une libération anticipée", estime Charles Michel. "Et pourtant, elle ne fait qu'utiliser la loi actuelle. On ne peut pas en vouloir à la Justice, c'est aux responsables politiques de prendre leurs responsabilités et de changer la loi."

Le MR plaide pour l'exécution de l'accord de Gouvernement, qui prévoit, pour des infractions d'une extrême gravité ayant entraîné la mort, "le seuil d'admissibilité à la libération conditionnelle porté au minimum à la moitié de la peine, et trois quart en cas de récidive, en cas de condamnation à 30 ans ou à perpétuité".

Publicité clickBoxBanner