Belgique

Le Mrax est toujours dans la tourmente. Après la mise à l’écart de Placide Kalisa, on a appris mardi que l’Office régional bruxellois de l’emploi, Actiris avait envoyé au Mouvement contre le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie un dernier avertissement menaçant de supprimer ses postes ACS, suite à des manquements relevés par ses inspecteurs. Le Mrax a commis plusieurs infractions relatives au statut ACS concernant des demandeurs d’emploi qui sont mis au travail dans le secteur non marchand grâce à une prime annuelle. Il doit d’ici le 15 février envoyer un plan précis justifiant ces postes ACS. Par ailleurs, l’Inspection de la culture et de l’éducation permanente fera pour la même date une évaluation de ses activités. En attendant, la ministre Laanan (PS) a suspendu provisoirement les subventions dues pour l’éducation permanente. C’est ce qu’elle a répondu à une interpellation de Richard Miller (MR) au Parlement francophone. En cas d’avis négatif, l’association risque d’être dégradée de catégorie et le dossier ira au Conseil supérieur de l’Education permanente. "Il m’appartiendra de prendre une décision sur base des avis communiqués, et je prendrai mes responsabilités politiques" , a dit la ministre qui a rejoint "largement" M. Miller dans sa critique du fonctionnement du Mrax et de la personnalité de M. Bouhlal. Celui-ci "choque voire énerve, notamment par des combats avec lesquels je ne suis pas toujours d’accord, mais on ne peut nier la force de son engagement" a dit M. Miller. L’élu MR avait demandé s’il était nécessaire que "le Mrax soit dirigé par des personnes nécessairement issues de populations à risque" tout en critiquant "la chasse à l’homme qui le décrédibilise" .