Belgique La Défense restera propriétaire des collections du MRA, même en cas de décentralisation partielle.

Le ministre de la Défense est arrivé à la Chambre, mercredi, avec des nouvelles toutes fraîches censées rassurer les francophones, dont le MR (son partenaire de majorité), sur les supposées tentatives de régionalisation des collections du musée royal de l’Armée (MRA). "Les collections appartiennent à la Défense et elles resteront à la Défense", a pu promettre Steven Vandeput (N-VA), en commission, au lendemain d’une réunion qu’il a eue sur l’avenir du musée et le devoir de mémoire.

Lors de la précédente commission de la Défense, le 27 janvier, la députée PS Julie Fernandez-Fernandez avait accusé le ministre de vouloir régionaliser le MRA. Elle se référait à une note de travail parue dans la presse qui indiquait que des collections du musée seraient décentralisées en région. En l’occurrence vers les sites (la note parle de "concessions") flamands de Brasschaat, Coxyde (qui recevrait les plus gros avions du MRA) et Bourg-Léopold; et vers les forts liégeois de Loncin et Eben-Emael. Par ailleurs, il est aussi prévu des travaux de rénovation au MRA, situé au Cinquantenaire à Bruxelles. Le professeur émérite Luc De Vos, chargé par le ministre de la Défense de plancher sur la restructuration du musée, a confirmé l’existence de la note et de son contenu dans un récent entretien accordé au "Vif".

Meilleure mise en valeur

"Le but est de faire en sorte que les collections passives et actives [du MRA] soient optimalisées", donc mises le mieux possible en valeur, a expliqué mercredi Steven Vandeput. Il a ainsi ouvert la porte à des partenaires privés ou publics parce que le MRA est trop petit (et pas en état) pour pouvoir exposer l’ensemble des pièces. "Mais notre collection, notre patrimoine, est et reste à la Défense."

"Je prends acte de votre volonté de faire en sorte que les collections restent la propriété de la Défense, donc de l’Etat fédéral", a répondu le député MR Gautier Calomne au ministre nationaliste. "Nous ne sommes nullement opposés à ce que les collections soient davantage visibles. Je pense en particulier aux pièces qui sont actuellement archivées. Cependant, il est essentiel, pour nous, que les plus beaux joyaux soient visibles sur le site du Cinquantenaire."

Réaction plus mitigée dans le chef du député CDH Georges Dallemagne (opposition). "Je crois en votre bonne foi", a-t-il dit à M. Vandeput. "Mais je suis particulièrement vigilant sur ce dossier. Sous la précédente législature, j’ai fait voter, à une large majorité, une résolution sur notre mémoire collective nationale et sur la guerre 14-18. Et votre parti, la N-VA, a été le seul avec le Vlaams Belang à ne pas voter cette résolution…"

A. C.