Belgique

Fin 2011, il y avait lieu de s’inquiéter. Le nombre d’accidents de la route et de victimes était reparti à la hausse mais le dernier baromètre de la sécurité routière de l’IBSR en date fait état de bien meilleurs résultats. Melchior Wathelet, secrétaire d’Etat à la Mobilité (CDH) se réjouit de cette récente tendance mais il se veut prudent et vigilant.

Par rapport à mars 2011, le nombre de décédés sur place a baissé de 5,3 % en mars 2012 (727 décédés sur place au lieu de 768, -5,3 %). Certes, le nombre d’accidents corporels est en légère hausse (de 46 644, on est passé à 47 225 accidents, +1,2 %) mais ce nombre a diminué début 2012, ce qui est bon signe.

En tout état de cause, la gravité des accidents est en baisse : elle est passée de 16,5 décédés sur place par 1 000 accidents il y a un an à 15,4 (-6,7 %). Il s’agit même du taux de gravité le plus faible jamais atteint. A titre de comparaison, la gravité des accidents s’élevait à 21,6 en janvier 2005.

La Région flamande (-7,7 % de tués) enregistre de meilleurs résultats que la Région wallonne (-2,2 %). En chiffres absolus, la Flandre et la Wallonie comptent respectivement 358 et 351 décédés sur place en 2011. A Bruxelles, on en a dénombré 18 (deux de moins que l’année précédente).

Les chiffres les plus préoccupants viennent des provinces de Liège (+8,0 % de tués) et de Luxembourg (+4,7 %). A l’opposé, certaines provinces enregistrent une baisse de plus de 10 %. Il s’agit de la Flandre orientale (-23,2 %) et du Brabant flamand (-13,2 %).

Si l’on s’arrête aux statistiques des accidents se produisant les nuits de week-end, on constate que le nombre de décédés sur place a baissé de 23,9 % en Flandre entre mars 2011 et mars 2012 mais que la baisse n’atteint que 6,2 % en Wallonie. De même, la gravité des accidents a diminué de 19,2 % au nord du pays contre 3,7 % seulement au sud. L’écart entre les deux Régions en termes de gravité des accidents de nuit, les week-ends, ne cesse de grandir (50 tués par 1 000 accidents en Wallonie contre 25 en Flandre).

Plus réjouissant, on constate une évolution négative du nombre de tués dans des accidents de week-end impliquant de jeunes conducteurs : -21,1 % entre mars 2011 et mars 2012.

Une analyse des statistiques en fonction des catégories d’usagers révèle une tendance à la stagnation pour tous (depuis janvier 2010 pour les piétons, depuis fin 2010 pour les motards et les conducteurs de camionnettes, depuis avril 2011 pour les cyclistes). Seul le nombre de tués dans des accidents impliquant un camion est en régression depuis un an : -24,4 %.