Belgique

Ce n'est pas la guerre ouverte entre les deux tendances socialistes liégeoises (celle pilotée par le ministre wallon Michel Daerden et l'axe Demeyer - Mathot Jr - Marcourt). Mais le vent du changement semble emporter avec lui le peu de pouvoir encore détenu par le vice-président de l'exécutif wallon.

Le bourgmestre de Liège, Willy Demeyer, également président du PS liégeois élargit son influence, aidé par Alain Mathot, maïeur de Seraing et le ministre wallon Jean-Claude Marcourt (Economie, Emploi, commerce extérieur). Et quand on sait que celui-ci est nommé délégué général à la rénovation, on comprend mieux le toilettage.

Malgré la Daerdenmania, le parrain du PS liégeois est tout doucement sur la touche, de même que ses lieutenants d'hier. "Selon l'âge et les rapports de force, les priorités changent. Aujourd'hui, ce qui importe pour Michel Daerden, c'est de rester ministre. Plusieurs personnes de son entourage n'ont pas tellement envie de faire la guerre", explique-t-on. "Le rapport de force lui est aujourd'hui défavorable, d'où ces changements. C'est ça la politique avec ce qu'elle a de cruel", renchérit un observateur de la vie politique liégeoise.

La désignation des responsables socialistes dans les intercommunales est une belle illustration de la perte de pouvoir de Michel Daerden. À la Cile, la compagnie intercommunale liégeoise des eaux, Jean-Claude Phlypo cède sa place de président à Jean-Géry Godeaux, échevin des Travaux dans l'équipe échevinale de Willy Demeyer à Liège. Changement de la même teneur à l'Association intercommunale pour le démergement et l'épuration (AIDE) de la province de Liège où Alain Decerf, premier échevin à Seraing (le bourgmestre n'est autre qu'Alain Mathot) remplace Jean-Claude Peeters, échevin des Travaux à Ans.

Classé dans le camp des rénovateurs, Mauro Lenzini, bourgmestre d'Oupeye prend la place du Visétois Gustave Hofman à la présidence d'Intradel, l'intercommunale de traitement des déchets. À la SPI +, Julien Mestrez, député permanent garde la présidence, mais l'agence de développement de la province de Liège accueille trois nouveaux administrateurs pas vraiment considérés comme des pro-Daerden (Willy Demeyer, André Gilles, Stéphane Moreau). Ils devront préparer le rapprochement de la SPI + avec le Groupement de redéploiement (GRE) de Liège. Michel Daerden est actuellement le président du GRE, mais il est aujourd'hui acquis qu'il devra céder sa place à un autre mandataire. Le Sérésien André Gilles, député permanent en charge de l'Enseignement et de la Formation reste président de l'ALE (association liégeoise d'électricité). Soutien de Mathot Jr, il devient aussi président de VOO, la marque commune des câblo-opérateurs ALE-Brutélé.

Même s'il reste président empêché de la SLF (Société de leasing et de financement), Michel Daerden sera dorénavant remplacé par Andrée Budinger, une autre échevine de Seraing. Mais Gilbert Van Bouchaute, son fidèle lieutenant, garde son poste de coordinateur général de la puissante holding et celui de directeur général de ses trois filiales (Finance, Participations, Immobilier). Certains comme Charles Janssens se demandent si dans le partage, les communes de Liège et de Seraing ne se taillent pas la part du lion.

Willy Demeyer garde son fauteuil de président de l'ALG (Association liégeoise du Gaz). Dans le secteur hospitalier, Marie-Claire Lambert reste président du CHR de la Citadelle, mais Michel Faway, délégué du CHU au CHR, cède son mandat à Jean-Pascal Labille, vice-président du CHU, spécialiste du secteur et parfois classé dans le clan Daerden. Mais Alain Mathot, président du bureau du comité directeur du Centre hospitalier du Bois de l'Abbaye (CHBA) décroche un siège d'administrateur au CHR. "C'est un rééquilibrage général des différentes forces internes à la fédération liégeoise du PS", dit Marie-Claire Lambert, premier vice-président du PS liégeois.

En septembre, Alain Mathot la remplacera aux côtés de Frédéric Daerden, le fils de Michel et bourgmestre d'Herstal. "Ça fait partie du grand accord conclu il y a un mois quand Michel Daerden a obtenu la tête de liste qu'il exigeait pour les élections à la Chambre", dit-on dans l'entourage de Willy Demeyer.

En vertu de cet accord, le fils de feu Guy Mathot remplacera l'Ansois à la présidence de la coupole chapeautant les 4 fédérations du PS (Liège, Huy-Waremme, Verviers, Cantons germanophones). Il deviendra ainsi l'interlocuteur de Didier Reynders (MR). "Le PS à Liège a sombré dans des querelles internes et les élus socialistes des autres communes de la province se plaignent de l'absence de discussion avec la fédération. On a l'impression qu'il n'y a que Liège, Ans et Seraing qui existent" , déplore d'ailleurs le président du MR.

© La Libre Belgique 2007