Belgique Le Mouvement ouvrier chrétien (Moc) se penche ces jeudi et vendredi sur l’état de la démocratie. Son président Christian Kunsch s’inquiète et dénonce les ruptures imposées par la "suédoise". Il défend la position du mouvement dans le dossier Arco.

Le Mouvement ouvrier chrétien (Moc) organise ces jeudi et vendredi, à Charleroi, sa 96e semaine sociale. Elle aura pour thème "L’état de la démocratie". Christian Kunsch, président du Moc, nous explique pourquoi.

Elle est si mal en point, notre démocratie ?

Oui. Si la démocratie, c’est une majorité qui exerce un pouvoir, il y a aussi un corollaire qui est le respect des minorités. Au niveau mondial et européen, on voit resurgir de nombreux régimes autoritaires, qui conquièrent le pouvoir de façon légitime mais remettent ensuite en question des fondements de la démocratie. On le voit en Hongrie ou en Pologne, où l’on remet en cause l’indépendance de la justice, par exemple.

Mais en Belgique, la démocratie fonctionne, non ?

(...)