Belgique Yassine, condamné pour terrorisme au Maroc, s’est vu infliger 200 heures de travaux pour cambriolage.

Il est bien moins célèbre que son aîné, Abdelhamid, l’architecte des attentats de Paris, tué cinq jours plus tard, le 18 novembre 2015. Il est infiniment moins connu que son cadet, Younes, emmené en janvier 2014 par son frère Abdelhamid, alors qu’il n’avait que 13 ans et dont le sort est inconnu.

Yassine, né le 17 août 1995, n’est pourtant pas un inconnu des justices belge et marocaine. Il a été condamné mercredi à 200 heures de travaux d’intérêt général par le tribunal correctionnel de Bruxelles. Contrairement au dossier marocain, qui lui a valu deux ans de prison pour terrorisme, l’affaire est une affaire de droit commun.

Le 9 mars 2015, la police est appelée à Rhode-Saint-Genèse pour un cambriolage commis de nuit dans une boutique. Sur place, les policiers tombent nez à nez avec Mohamed B.

Une partie du butin est retrouvée dans la voiture où les enquêteurs découvrent aussi un bonnet, des gants et une clé de la maison familiale des Abaaoud. Le véhicule appartient par ailleurs aux parents Abaaoud.

L’enquête de téléphonie confirme les liens étroits entre Mohamed B. et Yassine Abaaoud. Il est vraisemblable que ce dernier ait été sur place lors du cambriolage et réussi à prendre la fuite à temps.

Interpellés, les deux hommes purgeront quelques semaines de détention préventive. Alors qu’il est en prison où il a réussi à se procurer un téléphone, Yassine a reçu plusieurs appels de son frère Abdelhamid. Ce dernier faisait alors déjà l’objet de recherches acharnées de la part des services européens de lutte contre le terrorisme. Deux mois plus tôt, Abdelhamid a en effet piloté, depuis la Grèce, la cellule de Verviers qui a pu être démantelée avant qu’elle ne frappe. Yassine Abaaoud avait d’ailleurs déjà été interrogé par les policiers de l’antiterrorisme au sujet de son frère.

Un départ avorté vers la Syrie ?

A l’issue de sa détention préventive, Yassine Abaaoud a pris le chemin de la Turquie. Il avait vraisemblablement l’intention de rejoindre son frère retourné en Syrie. Arrêté en Turquie, il est expulsé vers le Maroc, dont il possède aussi la nationalité.

Yassine Abaaoud y a été condamné à deux ans de prison pour terrorisme. Libéré, il est revenu en Belgique où les débats dans le dossier de vol avec effraction se sont tenus le 2 mai.

Yassine Abaaoud, actuellement en formation de chauffeur, et Mohamed B. ont nié jusqu’au bout les faits qui leur étaient reprochés, allant jusqu’à refuser l’évidence. Ce qui a vraisemblablement motivé le représentant public à requérir une peine de deux ans de prison.

Mercredi, les deux prévenus ne s’étaient pas déplacés pour entendre le jugement : 200 heures de travaux d’intérêt général, ou, à défaut, deux ans de prison.J. La.