Belgique

Me Jean-Pierre Buyle, président d'Avocats.be (qui a succédé à l'Ordre des barreaux francophones et germanophone), inquiet de voir les relations se dégrader entre les pouvoirs exécutif et législatif d'une part, et le pouvoir judiciaire de l'autre, lance un appel afin que le politique prenne l'initiative de renouer le dialogue avec le monde judiciaire.

"Je constate que, depuis plusieurs mois, les relations entre l'exécutif et le législatif fédéral et régional et le judiciaire se sont tendues. Je prends plusieurs exemples pour preuves. Theo Francken, le secrétaire d'Etat N-VA à l'Asile, s'assied sur plusieurs décisions de justice. Le Parlement wallon adopte d'étranges positions lorsqu'il est lui demandé de lever l'immunité parlementaire de l'un de siens. Il faut à tout prix réinstaurter un dialogue et un climat de confiance et c'est aux politiques d'aller vers les juges. La justice est l'un des fondements les plus importants de l'Etat de droit. On ne peut la laisser s'étioler, on ne peut en mépriser les représentants, les traiter de haut comme cela semble parfois voire souvent le cas depuis l'affaire Fortis."

Me Buyle estime que si un dialogue est possible entre les barreaux et le monde politique, il doit l'être aussi entre la magistrature et ce même monde et que c'est à ce dernier de faire le premier pas.