Belgique

"J'espère un débat aussi juridique et serein que possible." Me Laurent Arnauts, l'avocat du prince Laurent, a indiqué à La Libre, ce mercredi matin, qu'il avait écrit un courrier au président de La Chambre des représentants demandant à ce que son client puisse se défendre oralement et en public face aux députés fédéraux.

Pour rappel, le gouvernement a émis fin d'année dernière une proposition de sanction contre le Prince équivalant à 15 % du montant de sa dotation. En cause : la présence de Laurent, sans autorisation préalable du gouvernement, à une activité officielle à l'ambassade de Chine à Bruxelles. La décision finale revient cependant aux députés.

Ces derniers ont proposé au Prince, soit une défense par écrit, soit une défense orale publique ou à huis clos. Laurent et son conseil ont tranché : ils optent pour la défense orale publique. Pourquoi ? "Parce que la Chambre va statuer elle-même (sur la sanction, NdlR). Et il y a un principe constitutionnel qui est la publicité des audiences. C'est une garantie qui, dans ce cas-ci, nous apparaît tout à fait indispensable. On ne peut pas accepter un précédent qui consisterait à juger quelqu'un à huis clos."

A priori, les députés devraient accepter sans difficulté cette demande. Une commission parlementaire spécifique sera mise en place pour cette audition. Le prince Laurent ne viendra pas en personne, il sera représenté par son avocat, comme c'est le cas depuis le début dans ce dossier.

La conférence des présidents de la Chambre a reporté le point à la semaine prochaine.