Belgique Début ce mardi du procès relatif au marché public de construction de l’incinérateur de déchets d’Intradel. Dix prévenus sont suspectés de corruption parmi lesquels Alain Mathot (PS).

Uvélia : tel est le nom de cet incinérateur de déchets géré par l’intercommunale liégeoise Intradel construite en bordure de l’autoroute E40 à Herstal. L’usine a été inaugurée en 2009. Pour répondre à un besoin, jurent les responsables de l’intercommunale chargée de la gestion des déchets d’une septantaine de communes de la province de Liège. Il se fait que l’incinérateur est également au centre d’une vaste affaire de corruption présumée. Dans le viseur de la justice liégeoise, saisie à la fin de l’année 2007 et pour qui il s’agirait d’un des dossiers politico-judiciaires les plus aboutis de ces dernières années : le marché public publié pour la construction de l’unité de valorisation énergétique, emporté par la société Inova France pour le compte d’Intradel, et ce pour un montant avoisinant les 200 millions d’euros.

1. De quoi s’agit-il ?