Belgique

Le projet de réserve naturelle est menacé par un bail de chasse.

Le projet Nassonia a du plomb dans l’aile. Cette idée de créer une gigantesque réserve naturelle au coeur des Ardennes a été initiée par Eric Domb, le patron du parc animalier Pairi Daiza. Près de 1500 hectares de la forêt de Nassogne seraient dès lors transformés en réserve naturelle “un laboratoire multifonctionnel à grande échelle visant la biodiversité, la régénérescence et les équilibres forestiers, (...), le tout en conservant un accès au public”, peut-on lire sur le blog Pro-Nassonia, qui défend bec et ongle le projet.

Un bail de chasse de neuf ans

Le projet avait, l’été dernier, suscité l'intérêt de la majorité communale de Nassogne et de son bourgmestre Marc Quirynen (CDH), qui avait d’ailleurs signé un pré-accord avec la Fondation Pairi Daiza, en charge du projet. Mais le vent a désormais tourné et la commune semble bien plus frileuse. Son bourgmestre a en effet demandé la tenue d’une étude afin d’évaluer la valeur en vente de bois des 1500 hectares concernés. Les résultats de l’étude, aux mains du bourgmestre Quirynen, seraient bien en deçà de l’offre proposée par Eric Domb, qui proposait, l’été dernier, un loyer annuel de 400  000 euros pour un bail de 99 ans.

Le bourgmestre ne tranche pas et sa décision se fait attendre. Tant et bien qu’une proposition de bail de chasse d’une durée de 9 ans pour des lots (dont le “Lot 3”, dit “Nassogne-Nord” qui concerne Nassonia), pourrait être approuvée par le conseil communal ce jeudi, ce qui mettrait un terme au projet.

Eric Domb n’attendra pas neuf ans

“La Libre” a pu se procurer une lettre écrite par Eric Domb à destination du bourgmestre, des échevins et des conseillers communaux de Nassogne. Dans celle-ci, le patron de Pairi Daiza souligne “si besoin en est encore, que ni la Pairi Daiza Foundation ni moi-même n’avons d’intérêt financier dans “Nassonia”. En retirer le moindre euro n’est pas dans les statuts ni les missions de la Fondation, et n’est pas plus un objectif personnel. J’ose affirmer que c’est même tout le contraire. Le projet que j’ai pu vous soumettre vise en effet à oeuvrer ensemble, avec vous-mêmes et tous les acteurs locaux, au développement durable de la forêt et de son écosystème en laissant aux Nassognards les bénéfices attendus de cette exploitation douce et responsable. ”

Dans sa lettre, Eric Domb rappelle également que, “la proposition de cahier des charges déposée (...) enterrerait ce projet si elle devait être approuvée en l’état”. Dès lors, si la proposition de bail de chasse d’une durée de 9 ans est acceptée ce jeudi, le projet Nassonia serait renvoyé “aux calendes grecques ; aucun acteur ne pouvant patienter neuf ans pour bâtir un projet d’une telle envergure”.