Belgique

Le protestantisme a cinq cents ans ! Le 31 octobre 1517, un moine augustin allemand, Martin Luther, affichait sur la porte de l’église de Wittenberg (en Saxe) 95 thèses où il dénonçait les scandales de l’Eglise de son temps. Il jetait ainsi les bases du protestantisme. 

Cinq siècles après, catholiques et protestants se retrouvent sur la voie de l’œcuménisme et tendent à une certaine unité dans la diversité plutôt que de souffler sur les braises des oppositions qui débouchèrent sur de tragiques guerres de religion. Chez nous, le protestantisme a pris racine tant au Nord qu’au Sud du pays. Jusqu’à la fin avril une expo sur la réforme et la Bible palatine se tient au Grand Curtius à Liège mais c’est aussi l’occasion pour les courants protestants de rappeler leur spécificité.

Troisième religion en Belgique

Il y a quelques années, relayant le baromètre spirituel réalisé avec l’UCL et le journal "Dimanche", "La Libre" avait estimé que les protestants étaient le troisième culte de Belgique derrière les catholiques et les musulmans avec quelque 3 % de la population. A côté de nombre d’églises évangéliques, l’Eglise protestante unie est le principal interlocuteur face aux pouvoirs publics et aux autres courants spirituels. 

La fête de l’heure ne doit pas faire oublier que la sécularisation frappe aussi les protestants. Il y avait donc un besoin de relancer la communication. Sous la direction du pasteur Steven Fuite, président du Synode de l’Epub, a été présenté "Relief", un magazine bilingue reflet d’un protestantisme plus ancré dans son siècle alors que le portail Protestant.link joue la carte des médias modernes. 

Ce semestriel à ranger dans le "slow journalism" et au "look" séducteur veut participer au débat citoyen en abordant des thèmes comme les migrations, les défis de la pauvreté, etc. Selon ses responsables François Choquet et Marian Knetemann, c’est une fenêtre ouverte sur l’identité protestante, Bible en main. Et un bel outil de dialogue qu’on trouvera aussi dans les librairies chrétiennes.

Rens. : protestant.link ou comméprotestant.link