Belgique

Auditionné mardi par les membres de la commission Défense de la Chambre, le chef du Service général de renseignement et de sécurité (SGRS), Claude Van de Voorde, a déclaré que ses services prennent au sérieux de possibles immixtions russes dans les prochaines élections.

Le lieutenant-général a adressé une note au ministre de la Défense à ce sujet et un agent a été désigné pour diriger une task force qui étudie le dossier. La semaine passée, le président du Comité R, en charge de l’accompagnement des services de renseignement, Guy Rapaille, avait confié dans la presse qu’il s’attendait à une immixtion de la Russie lors des élections locales d’octobre et des élections législatives de 2019. Elle se ferait essentiellement via les réseaux sociaux et Internet.