Belgique Le chef du service de renseignement militaire (SGRS) explique son rapprochement avec la Sûreté.

J’ai hérité d’un service qui avait des problèmes": un an après son entrée en fonction, le lieutenant général Claude Van de Voorde confie que diriger le service de renseignement de l’armée belge, le SGRS, est plus difficile que prévu. Il a pris certaines décisions et a entrepris, sous le feu des critiques des parlementaires, de se rapprocher de la Sûreté. Il s’en explique dans cette interview à "La Libre Belgique".

Avant toute chose, peut-on déjà parler d’une ingérence russe en Belgique ?

Non mais il faut être vigilant.

(...)