Le roi Albert II "ne reconnaît ni les faits ni la paternité de Delphine"

Rédaction en ligne Publié le - Mis à jour le

Vidéo
Belgique

"Quand je lis les déclarations de Madame Selys de Longchamps, je n'y vois aucune preuve que Delphine Boël est la fille d'Albert", a-t-il déclaré, précisant que "les photos ne montrent pas qu'il est le père"

"Le roi a réagi sereinement à la procédure introduite par Delphine Boël, a aussi expliqué l'avocat,  il ne reconnaît pas les faits et refuse d'être considéré comme le père de Delphine".

Nouvelle procédure

Delphine Boël a annoncé ce mardi qu'elle annulait sa procédure en reconnaissance de paternité introduite en juin dernier contre le roi Albert II, au tribunal de première instance de Bruxelles.

Il y a plusieurs semaines, elle avait assigné en justice son père, le Prince Philippe, la Princesse Astrid et le roi Albert II afin qu'ils livrent leur ADN pour déterminer qui était son père biologique. Mais son avocat a annoncé que Delphine Boël introduirait une nouvelle procédure contre le roi Albert II, celui-ci n'étant désormais plus couvert par l'immunité royale, et contre  son père 'adoptif' Jacques Boël. Delphine aurait alimenté son dossier de preuves démontrant que ce dernier ne s'est pas comporté comme un père envers elle.

Le test ADN n'est pas d'actualité

"Il faut d'abord établir un calendrier avec toutes les parties. Une fois qu'il sera établi, la procédure pourrait s'achever en juin ou en septembre 2014", explique Guy Hiernaux.

En outre, il faut d'abord que la paternité de Jacques Boël soit supprimée, avant de pouvoir commencer l'action envers le roi Albert. "Mais au civil, toute personne peut refuser de se soumettre à un test ADN", explique l'avocat du roi Albert.

Les conséquences d'un refus doivent être appréciées par le tribunal "et sur ce point là, la jurisprudence est divisée", indique Guy Hiernaux. Pour certains tribunaux le refus de se soumettre à ce test est une sorte d'aveu implicite, alors que d'autres ne tirent aucune conclusion. "Dans le deuxième cas, il faut passer par d'autres voies pour démontrer un lien ou non", précise l'avocat du Roi.

Publicité clickBoxBanner