Belgique

La mission que le roi a confiée au premier ministre sortant, Guy Verhofstadt, revêt un caractère très temporaire et limité, a expliqué lundi ce dernier. Il s'emploiera dans les prochaines jours à voir d'une part comment il est possible d'ouvrir dans les meilleurs délais des négociations sur une réforme approfondie de l'Etat et d'autre part comment régler une série de dossiers qui dépassent le cadre des affaires courantes. M. Verhofstadt a hésité avant d'accepter cette mission, a-t-il confié: le verdict des urnes le 10 juin était clair et il en a tiré les conclusions, comme chef de gouvernement et chef de parti.

Le premier ministre a insisté sur la gravité de la crise politique que traverse le pays. Si tout le monde en prend conscience et assume ses responsabilités, il sera possible de surmonter les difficultés, a-t-il assuré. M. Verhofstadt aura dans les jours qui viennent des contacts avec l'ensemble des partis démocratiques, en toute discrétion, a-t-il précisé.

L'Open Vld, le parti du Premier ministre Guy Verhofstadt désigné par le roi pour une mission d'information, dit compter sur la compréhension des autres partis pour "cette mission difficile". L'Open Vld déplore le fait que le cartel CD&V/N-VA n'ait pas été capable de mener la formation d'un gouvernement à bonne fin ni de trouver des solutions aux différends communautaires.

Ni l'Open Vld, ni Guy Verhofstadt lui-même n'étaient demandeurs pour prendre une initiative, répète le parti dans un communiqué. "Vu l'impasse actuelle, le Premier ministre Verhofstadt va, à la demande expresse du roi, prendre un certain nombre d'initiatives dans ce cadre défini afin de débloquer la situation. L'Open Vld espère que tous les partis démocratiques coopéreront pleinement et de manière constructive pour sortir de l'impasse", indique encore le parti du Premier ministre sortant.