Belgique

Le premier vice-président du Sénat Karl Vanlouwe (N-VA) a remplacé le "B" de Belgique figurant sur sa plaque d'immatriculation par un "VL" pour Vlaanderen (Flandre), une adaptation illégale aux yeux du SPF Mobilité, rapportent jeudi les journaux de SudPresse et Het Nieuwsblad. Le nationaliste flamand refuse toutefois de payer une amende qu'il a reçue pour cette modification.

"Les plaques belges doivent avoir un B bien visible sous le drapeau européen. Cette obligation découle d'une réglementation européenne", précise le SPF Mobilité. Les contrevenants à cette règle s'exposent à une amende de base de 58 euros.

Convoqué devant un tribunal de police après avoir refusé de s'acquitter d'une amende, M. Vanlouwe s'est justifié en arguant que la loi belge stipule que la plaque doit être visible et identifiable, ce qui est son cas. Les anciennes plaques n'ayant pas de B, il faudrait donc verbaliser tous ceux qui les utilisent toujours, estime-t-il, tout en reconnaissant que ses motivations sont idéologiques.

La présidente du Sénat, Christine Defraigne, n'apprécie pas le comportement du sénateur N-VA. "Je prends note de l'infraction au code de la route alors que nous nous sommes engagés à respecter les lois du peuple belge. (...) C'est une façon de ne pas respecter l'architecture de notre pays et la loyauté fédérale issue de la sixième réforme de l'État, une façon de récuser notre système constitutionnel", a-t-elle commenté dans les colonnes de SudPresse.

L'affaire devrait être abordée lors du bureau du Sénat du 28 août.