Belgique

Le Syndicat indépendant pour cheminots (SIC) confirme mercredi les actions de grève de la filière conduite des trains qui se dérouleront du 10 juillet à partir de 03h00 du matin jusqu'au 12 juillet à 03h00. L'information a également été confirmée par HR-Rail, l'employeur juridique des chemins de fer, qui a accepté le préavis de grève déposé le 27 juin dernier. La réunion de conciliation qui s'est tenue mardi entre les directions de HR-Rail, de la SNCB et le Syndicat Indépendant pour Cheminots n'a pas permis de dégager un accord, déplore le syndicat dans un communiqué.

"Le SIC a demandé de postposer le dossier 'revalorisation du personnel de conduite' prévu à l'ordre du jour de la Commission Paritaire Nationale le 11 juillet. (...) Les représentants des Chemins de fer belges ont refusé de donner une suite positive à notre demande de report du dossier. Le syndicat Indépendant pour Cheminots regrette cette décision."

Par contre, selon HR-Rail, le préavis du grève déposé par le Syndicat autonome des conducteurs de train (SACT) du 12 au 14 juillet a été refusé.

Le service minimum sera à nouveau d'application

Le service minimum sera pour la deuxième fois mis en application les mardi 10 et mercredi 11 juillet prochains, a confirmé mercredi un porte-parole de la SNCB. L'horaire adapté sera publié au plus tard 24 heures à l'avance, soit dans la nuit de dimanche à lundi à 03h00 du matin.

Le Syndicat indépendant pour cheminots (SIC) a confirmé mercredi les actions de grève de la filière conduite des trains qui se dérouleront du mardi 10 juillet à partir de 03h00 du matin jusqu'au jeudi 12 juillet à 03h00. La réunion de conciliation qui s'est tenue mardi entre les directions de l'employeur juridique HR-Rail, de la SNCB et le Syndicat indépendant pour cheminots n'a pas permis de dégager un accord, déplore le syndicat dans un communiqué. 

Dès lors, "la circulation des trains sera perturbée du mardi 10 juillet (premier train) au mercredi 11 juillet (dernier train)", indique la SNCB. "Afin de pouvoir faire face à l'offre limitée de trains, nous élaborerons, en fonction de la présence du personnel, un service alternatif des trains", ajoute la compagnie ferroviaire. Les employés doivent, au plus tard 72 heures avant le début de la grève, faire savoir s'ils prennent part au mouvement ou non. 

La CGSP-Cheminots, à l'origine de la dernière grève en date, a toutefois annoncé qu'elle ne couvrait pas ses affiliés. HR-Rail a par contre refusé le préavis de grève déposé pour les 48 heures suivantes par le SACT (Syndicat autonome des conducteurs de train). Le service minimum avait pour la première fois été mis en oeuvre les 29 et 30 juin derniers.